Chine

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre chinois Xú Bēihóng naît à Yíxīng dans la province du Jiangsu le 19 juillet 1895. Son père, portraitiste reconnu, lui enseigne la peinture. Il se consacre aux beaux-arts dès l'âge de six ans, notamment, le lavis chinois, la calligraphie et la gravure de sceau. En 1912, il part à Shanghai où il étudie la peinture occidentale et la langue française. En 1917, Il va étudier à Tokyo. À son retour en Chine, il devient enseignant à l'Association d'étude des méthodes de peinture de l'Université de Pékin, à l'instigation du président de l'établissement Cai Yuanpei. À partir de 1919, Xú Bēihóng part à Paris, en France. Il s'y familiarise aux techniques du dessin et de la peinture à l'huile à l'École nationale supérieure des beaux-arts où il étudie aux côtés de Pan Yuliang. Il assimile ainsi certaines techniques occidentales et tente d'enrichir la tradition picturale chinoise en appliquant certaines d'elles aux lavis chinois. De retour en Chine à partir de 1927, il occupe des postes d'enseignant dans différentes institutions, dont l'Université de Nanjing. En 1933, il organise une exposition de peinture contemporaine chinoise, exposition qui voyagera dans plusieurs pays d'Europe ; France, Allemagne, Belgique, Italie et Union soviétique. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il voyage en Asie du Sud-Est et du Sud, organisant des expositions à Singapour, puis en Inde, où il rencontra Rabindranath Tagore et Mahatma Gandhi. Tous les bénéfices de ces expositions sont reversés à la population chinoise qui souffrait grandement de cette guerre. Après la fondation de la République populaire de Chine en 1949, il devient président de l'Académie centrale des Beaux-arts de Pékin et président de l'Association des Artistes chinois. Xu Beihong meurt d'une crise cardiaque le 26 septembre 1953. Son domicile à Pékin devient un musée commémoratif consacré à sa mémoire. Un autre musée commémoratif lui est également consacré dans sa ville natale, à Yíxīng.