France

Pour voir les tableaux, cliquez sur l’image.

Le peintre français Raoul Dufy, né le 3 juin 1877 au Havre et mort le 23 mars 1953 à Forcalquier, est aussi dessinateur, graveur, illustrateur de livres, céramiste, créateur de tissus, de tapisseries et de mobilier, décorateur d'intérieur, d'espaces publics et de théâtre français. À partir de 1893, il suit des Beaux-Arts du Havre. En 1900, il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Sa première exposition a lieu en 1901. Puis en 1903. Il peint aux environs du Havre, et sur la plage de Sainte-Adresse. De 1903-1907, Dufy séjourne à Martigues en Provence et peint une série de paysages de la ville et de ses canaux. Il est influencé par l’œuvre de Matisse. En 1908, conscient de l'importance de Cézanne , il abandonne le fauvisme et exécute des études d'arbres, chevaux, modèles en atelier et natures mortes. Il se rend à L'Estaque avec Georges Braque. Ils peignent, souvent côte à côte, les mêmes motifs que Cézanne. Dufy s’oriente vers le cubisme de Braque et de Picasso. Appelé par le grand couturier Paul Poiret, il crée des motifs pour les tissus de mode, de décoration et monte avec lui une entreprise. Il y imprime tentures et étoffes aux motifs de naïades, d'animaux, d'oiseaux, de fleurs, de papillons... Influencé par Cézanne, son dessin est plus souple. Les couleurs de ses tableaux deviennent plus vives et son dessin plus baroque. Dufy fréquente les champs de courses en 1922 et prend goût au spectacle des foules, des chevaux et des mouvements. Il voyage en Italie, Maroc, Espagne, Belgique, Angleterre et est à Nice de 1925 à 1929 avec son épouse niçoise. Il comprend que l’esprit enregistre plus vite la couleur que le contour et va dissocier les couleurs et le dessin. Il ajoute son dessin à de larges bandes de couleurs (trois) horizontales ou verticales, ou bien à de larges taches colorées. Son tableau Le Paddock entre au Musée du Luxembourg en 1932. En 1936-1937, aidé par son frère Jean Dufy, il réalise pour le pavillon de l'Électricité de l’Expo universelle de 1937, la plus grande peinture existante au monde : La Fée Électricité (624 m. ca). Raoul Dufy ressent en 1937 les signes d’une maladie douloureuse et invalidante.