7 juillet 2009


Cette conversation porte sur la pseudo croisade de l’Occident contre le monde musulman.

7 juillet 2009

Mansour: Mon cher ami, Ă  mon retour du Texas j’ai trouvĂ© ton dernier message qui Ă©tait très intĂ©ressant pour plusieurs raisons.

Tout d’abord je crois que j’ai vĂ©cu une grande partie de la pĂ©riode de transformations sociales radicales en AmĂ©rique du nord. J’ai Ă©tĂ© tĂ©moin de la grande partie du mouvement d’Ă©mancipation des noirs aux usa en tant qu’Ă©tudiant au Kansas dans les annĂ©es 60.

Il ne fait pas de doute que la sociĂ©tĂ© « white-anglo-saxon-protestant » ou WASP comme connue ordinairement aux USA, a vraiment fait une rĂ©volution sociale difficile Ă  reproduire ailleurs dans le monde. Qui aurait pense que 40 ans après le pari de M.L. KING l’AmĂ©rique allait Ă©lire comme prĂ©sident un noir. Mais l’AmĂ©rique est une nation qui a toujours relevĂ© les dĂ©fis mieux que toute autre nation.

Claude: Oui, nous avons, jusqu’à un certain point, été privilégiés de vivre la transformation incroyable de la société américaine et canadienne. De la discrimination la plus totale qu’elle soit sociale ou religieuse, nous vivons maintenant dans un régime de liberté incroyablement large. Toi et moi avons été profondément marqués par cette évolution rapide et elle nous a permis de mieux comprendre les possibilités pour le genre humain. Je ne veux pas dire que l’Amérique est nécessairement le modèle car les autres civilisations de la planète ont aussi évolué, à leur manière, et nous offrent des leçons importantes à apprécier.

Mansour: Ceci Ă©tant dit je crois que les USA en particulier et le reste du monde occidental ont encore Ă  surmonter la culture occidentale qui en fait continue Ă  ce jour Ă  nous faire croire que l’avenir de l’humanitĂ© est liĂ© aux valeurs occidentales, politiques, religieuses et Ă©conomiques. Il ne fait pas de doute qu’il y a des valeurs universelles que toutes les sociĂ©tĂ©s d’aujourd’hui doivent promouvoir si elles veulent continuer Ă  se dĂ©velopper Ă©conomiquement et culturellement.

Claude: Tu critiques l’Occident, tout en admettant que les occidentaux ne sont pas les seuls à vouloir vendre leur marchandise. Les autres civilisations croient aussi en la valeur particulière de leur mode de vie de leur religion et de leur culture et cherchent, dans leur coin du monde, et même le nôtre, à prêcher leur vérité. C’est normal pour survivre, comme tu dis si bien. Alors…

Mansour: Et l’exemple des Ă©vĂ©nements en Iran ces dernières semaines me prouvent une fois de plus que d’un cotĂ© le monde occidental, tout en prĂ©tendant dĂ©fendre les droits inaliĂ©nables des Iraniens ne fait en rĂ©alitĂ© que continuer Ă  mener sa croisade contre le monde musulman.

Claude: Cette affirmation de ta part me semble gratuite. Je ne vois pas comment tu peux prouver ce que tu avances. Il est devenu évident que les jeunes Iraniens ont soif de liberté, de démocratie et cela est normal. Tout comme pour l’URSS et les pays derrière le rideau de fer, le moment est venu pour les jeunes Iraniens. Ils savent ce qui se passe ailleurs et ils ont fait la comparaison avec leur mode de vie. Ils ont opté pour avoir une voix au chapitre, pour la liberté, pour une vraie démocratie. Leur nombre est grandissant et, de plus en plus, ils en ont soupé de la dictature du Chef «Guide» Suprême et des mollahs. Ces derniers cherchent à montrer au monde musulman que l’Iran est l’exemple parfait d’un pays islamique qui progresse économiquement et socialement grâce à sa structure politico-religieuse. Les jeunes disent non. C’est assez ! Malheureusement, cette fois, ils n’ont pas réussi à changer les choses mais ils ont attiré l’attention du monde sur leurs espoirs, ce qui me fait dire qu’une révolution est en puissance dans ce pays et que d’ici quelques années, ce système de moines religieux sera changé et la nation iranienne reviendra à celle qui a élu Mossadegh… en plus moderne.

Mansour: L’objectif des USA et de l’Angleterre en particulier, en Iran, n’est pas tellement la promotion d’une dĂ©mocratie iranienne permettant aux iraniens de vraiment avoir une voix dans la dĂ©finition de l’avenir de ce peuple, mais plutĂ´t de dĂ©montrer mĂŞme aux musulmans du monde que leur valeurs religieuses sont un danger pour l’avenir de l’humanitĂ©. Mon père, mon arrière grand père et mes ancĂŞtres en gĂ©nĂ©ral ont tous Ă©tĂ© des imams, et je ne crois pas que leur valeurs religieuses ont Ă©tĂ© un frein Ă  l’Ă©volution des sociĂ©tĂ©s dans lesquelles ils ont Ă©voluĂ©. Mieux encore bien que mes ancĂŞtres ont tous Ă©tĂ© très religieux j’ai perdu ma foi religieuse avant que je ne devienne un adulte grâce Ă  l’Ă©cole de Jules Ferry qui m’a formĂ© pour toujours.

Claude: Je ne crois plus à ce que tu avances sur cette supposée machination actuelle des USA et de l’Angleterre. Il est vrai que, par le passé, leurs mains invisibles ont agi et ont poussé dans le sens que tu dis. Mais nous sommes en 2009, et cela devient de plus en plus irréalisable. Le monde des communications a mis fin à ces trames secrètes pour renverser un gouvernement car ils sont vitement dénoncés. Le cas du Honduras nous le démontre bien aujourd’hui. Que les hommes politiques, les médias, et autres personnes s’expriment sur ce qu’ils pensent du régime des mollahs me semble normal. De son côté, Ahmadinejad ne se gêne pas pour dire ce qu’il pense des autres pays et les politiques de son pays et les mots qu’il énonce sont rapportés dans le monde entier. C’est çà la liberté ! Moi le premier, je décrie la situation iranienne et déplore les agissements de ces religieux dont le pouvoir découle de la structure constitutionnelle qu’ils ont imposée grâce à l’Ayatollah Khomeiny. Je le fais car mon éducation et mon expérience me poussent à croire ainsi.

Mansour: Pour revenir Ă  l’histoire de l’Iran d’aujourd’hui je me demande comment tout le monde occidental se rĂ©volte de la manière dont ce pays est en train de gĂ©rer sa crise politique. Est-ce que le comportement du pouvoir politique iranien actuel se comporte diffĂ©remment des rĂ©gimes amĂ©ricains des annĂ©es 50 ou 60? Avons-nous subitement oubliĂ© le comportement des forces de sĂ©curitĂ© vis-Ă -vis des manifestations des noirs dans les annĂ©es 60?

Claude: Les années ’50 et ’60 sont une autre période, presqu’une autre ère. L’exemple ne tient plus, à mon avis.

Mansour: Mais mieux encore comment peut on aujourd’hui Ă  travers tout l’Occident ignorer le comportement visiblement raciste et antimusulman d’un Sarkozy qui propose maintenant d’interdire aux filles musulmanes, mĂŞme françaises, de s’habiller comme elles le veulent.Apparemment d’après Sarkozy l’habit fait vraiment le moine comme on dit.

Claude: Je suis surpris par ta critique de la déclaration du président Sarkozy. Je n’y vois rien de raciste ni antimusulman. Toi, plus que d’autres, tu sais bien que ces filles ou ces femmes voilées ne sont pas toutes libres d’enlever ce vêtement, qu’est le voile intégral, en public. Non seulement, elles ne le peuvent pas mais dans certains pays elles n’ont même pas le droit de conduire une automobile. Ce vêtement n’étant pas prescrit comme obligatoire par la religion musulmane, je ne peux comprendre comment on peut défendre qu’une femme soit ainsi soumise à son mari.

Je me rappelle du temps où je travaillais en Algérie dans les années ’70. Les filles et les femmes d’alors n’étaient pas voilées sauf pour les plus âgées qui portaient un léger voile blanc sur le nez. Lors de la venue des «fous de Dieu», dans les années ’80, tout à coup, on a vu les femmes porter le voile intégral. Lors de mon dernier voyage à Alger, il y a plus de deux ans, j’ai remarqué qu’elles avaient laissé tomber cette pratique qui leur avait été imposée par ces malades du Front Islamique du Salut et qu’elles revenaient aux pratiques passées. Dans notre coin du monde, le problème de l’identité est un obstacle important au port du voile intégral. Que faire ? Et la liberté des femmes ? Qu’en fait-on ? Il me semble n’y avoir qu’une solution, l’interdire. Je veux que tu comprennes que je ne parle pas du foulard qui à mon point de vue est fort acceptable, même dans les écoles.

Au Québec, aujourd’hui, les pressions sont encore faites pour éliminer les symboles chrétiens (ceux qui restent) des bâtiments publics. Il y a quelques années, des pressions similaires ont réussi à faire abolir les jours fériés au Québec qui étaient dédiés aux «fêtes obligatoires» de la religion catholique). Ces mouvements étaient surtout menés par les pensants-laïcs et les représentants d’autres religions. Je n’ai jamais vu dans ces protestations des signes antiracistes ou antireligieux. N’est-ce pas normal dans une société qui se veut respectueuse de toutes les races et de toutes les religions ? Pourtant en France, ces jours fériés existent encore…

Mansour: Passons maintenant a un autre sujet qui a surgit dans ma tète ces derniers temps. Avec toute ton expĂ©rience politique au canada et surtout ton attachement a l’avenir de MontrĂ©al je commence a me demander si tu ne devrais pas te prĂ©senter comme candidat aux prochaines Ă©lections municipales. Tu as beaucoup Ă  offrir Ă  cette ville extraordinaire dans les annĂ©es a venir.

Claude: Merci de cette proposition. Tu sais bien que j’ai été chef du Parti Civique de Montréal en 1986 et que j’ai candidat à la mairie de Montréal cette année-là. Les Montréalais m’ont suggéré par leurs votes de rentrer chez moi, c’est ce que j’ai fait. Je suis demeuré chef du parti deux autres années et j’ai finalement quitté cette scène politique pour de bon. Cela ne m’empêche pas de suivre de près ce qui se passe et d’écrire sur le sujet car Montréal me passionne.

Ă€ bientĂ´t