au 19 septembre 2002


Ce dialogue traite de la condition de l’Algérie après la libération et de l’atmosphère aux USA dans les jours qui précèdent la décision de faire la guerre à l’Irak.

Au 19 septembre 2002

Mansour: Je suis entièrement d’accord avec toi que j’ai Ă©tĂ© vraiment gâtĂ© par le hasard des temps. J’ai Ă©tĂ© Ă©levĂ© dans une famille qui a toujours Ă©tĂ© très politisĂ©e, ce qui m’a donnĂ© la chance de mieux comprendre les Ă©vĂ©nements qui bouleversaient ma sociĂ©tĂ© dès mon jeune age. A 12 ans, je vendais dĂ©jĂ  dans les rues de Tizi Ouzou le journal clandestin du MTLD (libertĂ©). C’est une Ă©popĂ©e que je ne changerais pour rien au monde. Et tout comme un grand nombre de gens de ma gĂ©nĂ©ration et surtout de celles de mes frères aĂ®nĂ©s, malheureusement le rĂŞve qui nous avait poussĂ©s Ă  relever tous les dĂ©fis que le colonialisme français nous prĂ©sentait pendant des dĂ©cennies n’a abouti qu’a la crĂ©ation d’un grand fiasco politique en AlgĂ©rie qui dure depuis 1962 et pour lequel nous ne voyons toujours pas de fin.

Claude: Ce n’est pas fini et cela continue, mais un jour, prochain peut être, seras-tu témoin de la réalisation de ton rêve. Tout va vite maintenant. Je rappelle à ta mémoire la démolition du mur de Berlin en 1989 et le renversement du système soviétique qui a suivi. Cela surprit tout le monde incluant les Américains.

Mansour: Mais ce n’est que maintenant que je commence Ă  dĂ©couvrir la vraie raison de l’Ă©chec algĂ©rien. LĂ©nine et Staline ont rĂ©ussi Ă  construire une industrie de guerre capable de dĂ©fendre la Russie, mais ils n’ont jamais rĂ©ussi Ă  satisfaire les besoins les plus Ă©lĂ©mentaires des populations dont ils avaient la responsabilitĂ©. Je me souviens de nombreuses et violentes discussions que j’avais avec mon frère SaĂŻd, (il a passĂ© plus de 10 ans de sa vie dans les prisons françaises, après avoir militĂ© au PPA et MTLD depuis son jeune âge de 16 ans) au sujet de l’AlgĂ©rie après son indĂ©pendance. Un jour, il m’avait dit une chose qui me marque encore Ă  ce jour: «les russes bolcheviques pouvaient construire autant de bombes atomiques que l’AmĂ©rique et envoyer leurs spoutnik autour de la terre, mais ils ne pourront jamais produire un parapluie convenable pour protĂ©ger les russes contre la pluie». Ma première visite d’un pays socialiste a Ă©tĂ© en 1961. J’ai Ă©tĂ© rendre visite Ă  mon frère Ali qui Ă©tait alors Ă©tudiant en Ă©conomie Ă  l’universitĂ© de Berlin Est. Et durant mon court sĂ©jour chez lui, j’ai Ă©tĂ© frappĂ© par trois observations que j’ai partagĂ©es avec lui Ă  l’Ă©poque. D’abord, je lui avais fait remarquerque les allemands de l’est ne souriaient jamais et que mĂŞme les mannequins que je voyais dans les vitrines avaient des visages tristes Ă  mourir. Ensuite j’avais Ă©tĂ© choquĂ© par les chaĂ®nes d’attente qu’il fallait faire mĂŞme pour acheter un morceau de savon dans les magasins d’Ă©tat de Berlin Est. Finalement j’avais Ă©tĂ© choquĂ© par la qualitĂ© des pommes de terre que son Ă©pouse voulait acheter pour nous faire un dĂ®ner. J’avais fait remarquer Ă  mon frère que le peuple algĂ©rien n’accepterait jamais de tels produits sans se rĂ©volter. Eh bien! J’ai dĂ» avaler un jour toutes ces remarques car j’ai vĂ©cu les chaĂ®nes interminables Ă  Alger mĂŞme. J’ai mĂŞme vu le mĂŞme type de pommes de terre vendues dans les marchĂ©s de lĂ©gume en AlgĂ©rie, quelques annĂ©es seulement après notre indĂ©pendance.

Claude: Je veux te rappeler mes premiers messages où je décrivais la situation que j’avais trouvée en Algérie, lors de mon travail dans ton pays, et que je comparais à celles des pays socialistes derrière le rideau de fer. A partir de mes constatations, j’avais conclu que le système algérien socialiste était en fait une copie conforme du système politique que les communistes cherchaient à implanter dans les pays de l’Union soviétique et ses pays satellites. Même le nom de la République Populaire et Démocratique d’Algérie était emprunté de ces exemples. Pourtant tu t’es pourfendu à nier et à chercher à me faire comprendre que j’avais mal vu, mal compris et surtout mal saisi la signification de mes perceptions. Je ne comprenais pas pourquoi tu ne voulais pas reconnaître le bien-fondé de mes constations et de mes conclusions. J’ai vu les tablettes vides des grands magasins, la mauvaise qualité des produits offerts au peuple algérien, les chaînes interminables, et les pommes de terre peu appétissantes que les Algériens se voyaient obligés d’acheter. Ce fut en réalité la période qui a le plus nui à ton pays. Une période de politiques irréalistes, d’industrialisation à outrance aussi irréfléchie que sans préparation, de nationalisation de l’agriculture et du gâchis de la production de produits qui avaient par le passé fait la renommée de l’Algérie, comme le vin, les produits agricoles, les dattes, etc… J’en étais triste. Et quand l’arabisation a été votée et que j’ai vu les fonctionnaires remplacer toutes les affiches en langue autres que l’arabe, j’ai compris que ce système se fanatisait et n’allait nulle part. Sans parler de la toute puissance de l’armée…. Quelles belles années perdues, quel manque de vision, quelle erreur monumentale, quels efforts inutiles et gaspillés et quel poids à porter pour l’avenir. C’est cette période qui vous a freinés dans votre révolte et a tué l’espoir de la révolution pour laquelle vous aviez dédié vos vies. Et à mon avis, tous ceux qui ont appuyé et participé à cette mascarade politique sont à blâmer et devraient être bannis de l’Algérie (c’est beaucoup trop fort, je l’admets, mais cela démontre la fureur que je ressens lorsque je pense à cela).

Mansour: L’Ă©chec lamentable des 40 dernières annĂ©es de l’AlgĂ©rie m’a enfin convaincu, en fin de compte, que le bien ĂŞtre social et le dĂ©veloppement continu ne peuvent ĂŞtre assurĂ©s qu’Ă  travers des principes dĂ©mocratiques qui permettent aux citoyens de dĂ©finir leur propre avenir. Malheureusement, c’est un concept qui est toujours totalement Ă©tranger Ă  la culture politique algĂ©rienne d’aujourd’hui. Ce qui fait que nous avons encore un long chemin Ă  parcouriravant de voir enfin un peuple algĂ©rien rĂ©ellement indĂ©pendant. Je doute que cela se fera de mon vivant.

Claude: Tu ne peux me trouver plus en accord avec toi lorsque tu conclus que ce n’est qu’à travers les principes démocratiques que s’engendrent la liberté, l’initiative, l’effort personnel, le dépassement de soi-même et j’ajoute la joie de vivre. Je suis heureux que tu affirmes cela car, encore une fois, je te réfère à mes premiers messages où je cherchais à t’en faire la preuve en comparant nos régimes politiques respectifs. C’était d’ailleurs les mêmes propos que je te tenais sur la terrasse du St-Georges à Alger lors de notre première rencontre et notre discussion originale. Je comprends que la culture politique algérienne d’aujourd’hui donne l’impression d’être étrangère à ces principes, mais les Algériens que je connais et ceux que j’entends ici et là sur les médias expriment aussi leur aval à ces principes ce qui me fait dire que le terrain est fin prêt pour un renversement de régime et l’implantation d’une démocratie réelle. Je ne serais pas surpris de vivre cela. J’ai vu en 1989, puisque j’étais à Prague à ce moment-là, les jeunes allemands de l’Est arriver par trains et autos (les trabans) et se réfugier par milliers dans toutes les rues avoisinantes de l’ambassade américaine. J’ai compris alors la force de cet exode et de cette expression de raz-de-bol d’un régime politique. Même s’il était impossible alors de penser à un renversement de régime à cause de la puissance de l’Union soviétique, l’ensemble s’est écroulé dans les mois suivants comme un château de cartes. Le peuple est toujours le vrai souverain!

Mansour: J’aime discuter de la situation politique amĂ©ricaine. Je vois que tu la suis au jour le jour. Moi aussi j’ai toujours Ă©tĂ© fascinĂ© par la politique amĂ©ricaine interne et externe. Je me souviens de John F Kennedy, du temps qu’il Ă©tait sĂ©nateur amĂ©ricain, quand il a Ă©tĂ© le premier homme politique amĂ©ricain Ă  poser la question de la dĂ©colonisation de l’AlgĂ©rie en 1956. Mais je me souviens aussi de sa politique de blocus Ă©conomique et politique qu’il avait imposĂ©e Ă  Cuba, tout simplement parce que Fidel Castro refusait d’ĂŞtre le servile serviteur de la politique amĂ©ricaine en AmĂ©rique centrale et du sud, tout en proclamant son fameux discours historique sur la libertĂ© Ă  Berlin Ouest.

Claude: La politique américaine a plusieurs faces. Les présidents n’appliquent pas les mêmes principes pour tous le pays car leur motivation politique découle des intérêts immédiats de la nation et des «lobbies» d’intérêts qui pressurisent Washington. L’objectif électoral est omniprésent et est malheureusement la plus importante motivation de ces politiciens. Seul, je crois, Carter avec sa politique des droits de l’homme, a approché une constante dans sa gouvernance. Mais il a vite été ridiculisé par la droite et renversé par Reagan. Ce fut une démonstration de ce qu’il ne faut pas faire pour gagner une élection.

Mansour: Je me souviens aussi des actions secrètes de Kennedy au Vietnam qui ont finalement mener vers la guerre, et qui a causĂ© des centaines de milliers de victimes vietnamiennes et la mort de plus de 58,000 jeunes amĂ©ricains qui ne savaient mĂŞme pas pourquoi ils Ă©taient dans les jungles du sud-est asiatique. VoilĂ  le symbole mĂŞme de l’homme politique amĂ©ricain le plus Ă©clairĂ© de son temps, qui a tout de mĂŞme engagĂ© l’AmĂ©rique toute entière contre des rĂ©gimes qui initialement ne demandaient qu’Ă  avoir des relations amicales avec les USA, ne serait-ce que pour avoir un degrĂ© de libertĂ© dans leur relation avec les rĂ©gimes soviĂ©tiques qui les supportaient dans leurs luttes de libĂ©ration. Ils en avaient besoin car ces luttes devenaient un peu trop lourdes Ă  supporter Ă  long terme.

Claude: Là, je ne partage pas ton opinion. Certes la guerre du Vietnam fut une erreur magistrale et n’aurait jamais dû connaître l’envergure qu’elle a eue. Mais la bataille qu’a menée l’Amérique et les pays de l’Occident contre l’hégémonie grandissante des partis communistes, marxistes et léninistes se devait d’être faite si on voulait arrêter le «brain washing» grandissant pour ces idées par des régimes politiques dictatoriaux (ceux qui selon toi ne voulaient que des relations amicales avec les USA) sur leurs populations à travers la planète. Ton propre pays en a souffert, comme tu l’admets dans ce message, et la stratégie de pays de l’OTAN a réussi finalement à arrêter la marche de ce monstre à têtes hideuses et le renverser complètement. Ce fut la plus grande victoire de la liberté sur la terre. Pour cela, je crois, que l’on ne dira jamais assez merci aux Américains.

Mansour: Je te rappelle cette pĂ©riode noire de la politique extĂ©rieure des USA pour essayer de te faire comprendre comment je vois la politique extĂ©rieure amĂ©ricaine d’aujourd’hui vis-Ă -vis du monde arabe en gĂ©nĂ©ral et de l’Irak en particulier. Est-ce que tu penses rĂ©ellement que les administrations amĂ©ricaines sont intĂ©ressĂ©es Ă  promouvoir la dĂ©mocratie Ă  travers le monde aujourd’hui ?

Claude: Oui.

Mansour: Est-ce qu’il y a rĂ©ellement un morale universelle qui dicte ce que les nations dĂ©mocratiques doivent faire ou pas ? J’en doute.

Claude: Je dirais oui. Mais…

Mansour: Personnellement, je crois que le comportement des nations est toujours dictĂ© par la fameuse fable de la Fontaine du loup et de l’agneau. « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». Une fois de plus, je ne peux pas en vouloir aux autoritĂ©s amĂ©ricaines de se comporter comme elles l’ont fait dans le passĂ© ou comme elles le font au prĂ©sent. Je te garantis qu’avant les Ă©lections prĂ©sidentielles prochaines les AmĂ©ricains vont se lancer une fois de plus leur armada militaire sur le peuple Irakien.

Claude: Si on se fie au passé américain d’il y a quelques années, il semble que tu as raison. Mais, il ne faut pas oublier le 9/11 (11 septembre 2001). Ce fut une gifle gigantesque au visage des Américains. Il faudra beaucoup de temps avant qu’ils ne retrouvent leur sang froid. On ne ferait pas mieux dans les circonstances. Dans l’état actuel des choses, le peuple américain me semble prêt à accepter n’importe quoi de son président. Surtout d’un président qui sait bien manier les médias et présenter son point de vue de façon émotionnelle, et donc convaincante. Mais avec le temps, son support s’estompera et même s’il est aujourd’hui encore majoritaire, il est fort possible qu’il devienne minoritaire suite aux élections qui viennent. Donc, si je comprends ton argument, il cherchera une guerre pour gagner sa réélection. Mais, il y a le conseil de sécurité des Nations Unies qui n’a pas encore dit «oui». De plus, rappelle-toi qu’en Somalie il a fallu 15 morts de soldats américains pour que le président rappelle ses troupes. Avant cela, Reagan avait rapatriés les siennes suite à l’immense explosion qui en a tué 250 en Égypte. Personnellement, je ne crois pas que ti-Bush aille à la guerre tout seul nonobstant son attitude guerrière et ses apparences de cow-boy. Je ne crois pas qu’il convaincra les Nations Unies. Mais qui sait ? Sa témérité et son manque de jugement pourront quand même l’amener à poser un geste incongru. Ce sera alors une grave erreur car plusieurs pays ne le suivront pas, dont le Canada.

Mansour: L’AmĂ©rique pourra Ă©ventuellement Ă©liminer Saddam Hussein mais au mieux elle le remplacera par quelqu’un qui a exactement la mĂŞme vision du pouvoir, Ă  savoir l’oppression du peuple irakien une fois de plus. L’AmĂ©rique n’est pas rĂ©ellement intĂ©ressĂ©e Ă  instaurer un rĂ©gime dĂ©mocratique en Irak, tout comme elle n’en a aucun en Afghanistan ou dans les rĂ©publiques bananières de l’AmĂ©rique centrale et du sud. Tout ce qui l’intĂ©resse, c’est ce qui se vend politiquement Ă  l’intĂ©rieur des USA, aujourd’hui. Bush n’a pas de solutions Ă  prĂ©senter aux AmĂ©ricains pour la crise Ă©conomique qui ne fait que s’aggraver de jour en jour. Mais il a besoin d’un instrument pour se faire rĂ©Ă©lire en 2004. Si l’administration de Bush Ă©tait rĂ©ellement concernĂ©e par les principes de la dĂ©mocratie comment ce fait- il que, pas plus tard qu’hier, son administration a dĂ©cidĂ© de supporter le rĂ©gime totalitaire chinois dans sa campagne contre les musulmans d’une province chinoise. Depuis une semaine dĂ©jĂ  toute la presse amĂ©ricaine se mobilise pour justifier une attaque amĂ©ricaine contre l’Irak. Etle vice-prĂ©sident amĂ©ricain (qui pourtant a fait une grande partie de sa carrière financière dans le pĂ©trole du Moyen-orient) vient de monter au crĂ©neau pour donner Ă  la presse amĂ©ricaine les raisons qu’il fallait donner au public amĂ©ricain pour justifier une attaque contre l’Irak. L’AmĂ©rique qui depuis les annĂ©es 20, avant son ennemi extĂ©rieur qu’était le bolchevisme mondial, a maintenant trouvĂ© un autre ennemi autour duquel il faut rassembler le peuple amĂ©ricain et c’est le monde musulman en gĂ©nĂ©ral (les croisades du premier siècle de 2ième millenium. ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© lancĂ© par les Bush).

Claude: Il y a peu de temps je ne croyais pas en cette affirmation «un autre ennemi autour duquel il fallait rassembler le peuple amĂ©ricain est c’est le monde musulman en gĂ©nĂ©ral» que tu dis souvent et que tu rĂ©pètes dans ce texte. Mais avec le temps, face aux Ă©vènements en Palestine, en Chine, aux Philippines et maintenant en Irak, je commence Ă  me poser des questions. Le fait que ti-Bush soit si radicalement et ouvertement pour IsraĂ«l dans le conflit du Moyen-Orient me fait comprendre mieux ton opinion. Encore une fois cela dĂ©montre que ce n’est qu’un petit politicien qu’il ne pense qu’à sa rĂ©Ă©lection et est prĂŞt Ă  agir injustement pour chercher Ă  se rallier les Ă©lecteurs. Que c’est triste Ă  voir ! Je crois cependant qu’il se trompe, car j’ai confiance dans le gros bon sens des amĂ©ricains. J’ai l’impression que ti-Bush pousse trop fort et que cela se retournera contre lui. Son attitude guerrière trahit sa dĂ©marche et ses mots. Il ne montre pas d’humanisme, de compassion, de sagesse, de prudence et de respect pour les autres pays. Je crois qu’il croit qu’il n’y a qu’une façon de faire les choses, la sienne, et est prĂŞt Ă  mettre de cĂ´tĂ© mĂŞme les Nations-Unies. Il se voit tout puissant Ă  la tĂŞte de la plus forte armĂ©e du monde et ne peut comprendre que son rĂ´le n’est pas de l’utiliser mais d’assurer la paix dans le monde et la dĂ©fense de son pays. Tout comme lorsqu’il a mis de cĂ´tĂ© les traitĂ©s anti-missiles, certaines ententes d’environnement (Kyoto) et des clauses des traitĂ©s de libre-Ă©change, il veut maintenant agir seul et ne pas tenir compte de l’opinion des autres pays de la planète car il se sent le plus fort matĂ©riellement. Il me semble trop impressionnĂ© par l’arsenal amĂ©ricain. Quel triste personnage! Je crois, le temps aidant, qu’il se retrouvera un jour sans influence rĂ©elle. D’ailleurs on voit dĂ©jĂ  poindre des dĂ©fis Ă  ses opinions, tels: le Japon s’entend avec la CorĂ©e du Nord (un des pays de «l’axe du mal») la Russie fait des affaires avec l’Irak (un autre pays du mĂŞme axe), et l’Iran (le troisième pays de cet axe dĂ©fini par ti-Bush comme dangereux pour le monde) nĂ©gocie des ententes bilatĂ©rales avec la France et d’autres pays de l’Occident. En somme, les alliĂ©s des USA ne tiennent plus compte des menaces profĂ©rĂ©es par ce petit prĂ©sident et de ses prises de positions.

Mansour: Je ne me souviens du nom du politicologue amĂ©ricain qui a Ă©crit ces derniers temps un bouquin sur les conflits des civilisations. Il avait fait remarquer qu’avec la fin des conflits idĂ©ologiques des 19ième et 20ième siècles, l’humanitĂ© allait s’embarquer dans des conflits de civilisations. Et il avait ajoutĂ© que le plus grand danger pour la civilisation occidentale demeurait la civilisation musulmane. Il prĂ©disait qu’un jour ou l’autre le monde occidentaldevra se rendre compte du danger que la civilisation musulmane va devenir. Apparemment Bush lui mĂŞme ou ses conseillers ont dĂ» lire et accepter les analyses de ce politicologue.

Claude: Apparemment. Mais je ne crois pas Ă  cela. Les peuples musulmans sont comme les autres. Ils recherchent la paix et le bonheur de leur famille avant tout.

Mansour: Tout cela me rappelle un peu le fameux bouquin de George Orwell * 1984*. Aucune sociĂ©tĂ© apparemment ne peut vivre sans conflit. Et s’il n’y a pas de conflit rĂ©el il faudrait alors en crĂ©er un. Il faut tout de mĂŞme se dĂ©barrasser des surplus militaires qui s’accumulent pendant les pĂ©riodes de paix. Et comme il faut continuer Ă  alimenter la machine de guerre, il faut donc crĂ©er les occasions de conflits pour se dĂ©barrasser de ces surplus.

Claude: C’est presque du machiavélisme. Les USA ont diminué de beaucoup leur armée, sous Clinton. Je crois que des 17 divisions du temps de «Desert Storm» il n’en reste que 10. Il en est de même pour l’équipement de terre et de mer qui s’est déprécié beaucoup. C’est une façon de se débarrasser des surplus de guerre. Certes les USA ont des armes maintenant beaucoup plus sophistiquées et cela devrait leur permettre de continuer à réduire leurs effectifs. Mais si le président mène des guerres sur plusieurs fronts, comme ti-Bush semble vouloir le faire, il devra augmenter à nouveau le nombre de ses troupes et ses budgets de guerre. Il risque aussi que les autres pays du monde ne participent pas au financement de ces guerres comme par le passé. Le résultat sera un fardeau plus grand sur le dos du payeur de taxes américain. Et cela n’est pas bon pour les élections!

Mansour: Toutes mes Ă©lucubrations doivent t’amuser en fin de compte. Je saute du coq Ă  l’âne comme on dit, et un peu trop souvent je l’admets, mais je trouve que c’est le meilleur moyen de te dire franchement ce que je pense de tous les sujets que nous dĂ©battons.

Claude: J’aime bien tes élucubrations car elles me permettent d’en faire autant.

Mansour: Je ne peux pas m’empĂŞcher de dĂ©noncer toute cette mascarade de la lutte contre le terrorisme international qui se dĂ©roule depuis dĂ©jĂ  plus d’une quinzaine de jours, tout simplement pour dĂ©tourner l’attention de l’opinion publique amĂ©ricaine du dĂ©sastre diplomatique de l’administration amĂ©ricaine dans ses efforts de mobiliser un minimum de support Ă  l’aventure militaire que Bush voudrait lancer aussi tĂ´t que possible contre le rĂ©gime de Saddam Hussein.

Claude: Tout cela démontre que nos échanges d’opinions sur ti-Bush s’avèrent précis.

Mansour: Il y a Ă  peine deux semaines, cette administration se vantait d’avoir des preuves irrĂ©futables que le rĂ©gime de Saddam Hussein Ă©tait devenu un danger pour la stabilitĂ© mondiale. Tout d’abord, elle prĂ©tendait que ce rĂ©gime Ă©tait en train d’aider El-QuaĂŻda Ă  se regrouper, et qu’elle avait des preuves pour le dĂ©montrer. Mais au bout d’une semaine, cette propagande a failit dĂ©mobiliser les «mass media» amĂ©ricains, qui pourtant au dĂ©part lui avaient donnĂ© toute l’assistance possible. Maintenant, il s’avère que Saddam Hussein n’a rien Ă  avoir avec le terrorisme international, d’après le fameux journal  » le Washington Post ». L’administration amĂ©ricaine avait brandit le spectre de la bombe atomique et maintenant, mĂŞme la presse amĂ©ricaine admet que ce rĂ©gime de Hussein n’a pas les moyens de mettre en oeuvre ses ambitions d’acquisition de la bombe atomique (quelle surprise !!!).

Claude: Il va de surprise en surprise et pourtant je ne suis pas surpris. Il n’a pas fini de faire des «crisettes» et de proférer des conneries. Tout n’est qu’image avec lui et dépendant du vent, il tourne plus vite qu’une championne de patinage artistique. Mais le temps viendra où le peuple américain verra clair. Le masque tombera et le vrai Bush devra bien sortir du bois.

Mansour: Bush a mĂŞme essayĂ© d’utiliser son influence sur le Canada pour amener ChrĂ©tien Ă  lui donner une feuille de vigne Ă  laquelle il pourrait s’accrocher. Malheureusement pour lui, mĂŞme ChrĂ©tien, après certainement un «forcing» de la part de Bush lui mĂŞme, a Ă©tĂ© obligĂ© de dĂ©clarer Ă  la presse mondiale que l’administration amĂ©ricaine ne lui avait pas donnĂ© suffisamment d’informations, pour justifier la politique amĂ©ricaine vis-Ă -vis du Moyen-orient en ce moment.

Claude: Je suis fier de Chrétien qui se tient debout. Il l’a fait au sommet mondial sur l’environnement en annonçant sa position pour la signature du pacte de Kyoto et il a démontré le même courage en rapport avec l’Irak. Une majorité de Canadiens a exprimé son désaccord avec ti-Bush. De plus, je me rends compte que plusieurs maintenant comprennent qu’il n’est pas à la hauteur de sa tâche de président. Cela aide Chrétien à définir les politiques du gouvernement canadien indépendamment de celles USA. C’est n’est pas un fait nouveau car on a vu, sous les anciens Premiers ministres canadiens Pearson et Diefenbaker, le Canada se tenir debout. Mulroney disait qu’il est difficile pour une souris de coucher avec un éléphant, mais ces hommes ont trouvé le moyen d’avoir des lits jumeaux.

Mansour: N’oublions pas la dĂ©claration tonitruante de Chirac qui demandait Ă  l’AmĂ©rique de ne plus se comporter comme le gendarme international. Après plus de deux semaines de corps Ă  corps avec toutes les chancelleries du monde, Bush n’a toujours que Blair, bien dans les rangs de son propre parti, qui continue Ă  dĂ©clarer que le seul ennemi de la paix mondiale est toujours Saddam Hussein. Mais mĂŞme lui a Ă©tĂ© obligĂ© de faire marche arrière pour demander Ă  son maĂ®tre Bush de faire semblant de consulter l’ONU avant d’engager toute la puissance amĂ©ricaine contre un petit dictateur d’un pays qui est dĂ©jĂ  Ă  genou depuis plus de 10 ans.

Claude: Je ne donnerais pas la communion sans confession à Saddam qui me semble un être véreux et peu recommandable. Mais je ne suis pas d’accord qu’un pays, quel qu’il soit, l’attaque sans raison fondamentalement valable. Et tant que les USA n’auront pas fait la preuve de ce qu’ils avancent, je ne pourrai être avec eux dans ce débat. Il y a trop de culbutes politiques, arrière et avant, pour que j’accepte les arguments d’un Cheney, d’un Rumsfeld et des autres hommes du président. D’ailleurs, je pense que c’est de là qu’origine son problème car s’il avait choisi une équipe plus jeune et capable de penser à demain, je ne crois pas qu’il serait aujourd’hui dans le merdier dans lequel il est en train de s’engloutir.

Mansour: Je t’avoue que j’ai plus de respect pour Bush que pour Blair. Du moins Bush peut apparemment justifier ses actions pour des raisons Ă©lectorales chez lui. Mais comment Blair peut-il justifier son attitude, alors que plus de 70 % de l’opinion britannique est contre cette aventure totalement injustifiable. Le plus grand Judas de l’Europe ne peut ĂŞtre que Blair.

Claude: Tu frappes juste. Ce qui arrive amènera peut être la fin de la marionnette Blair. Je ne peux plus le blairer celui-là malgré que je vois en lui un homme très fort électoralement. A-t-il des positions personnelles sur la politique internationale ou n’est-il que le répéteur officiel de ti-Bush? Par contre, quelquefois, je me demande si sa réaction positive à ti-Bush n’est pas en réalité une réaction à la position de la France. Je crois qu’il s’est décidé après que Chirac eu annoncé qu’il favorisait une action contre l’Irak à la condition que les Nations Unies le décident par une résolution au conseil de sécurité. Jusqu’à ce moment là, Blair n’avait pas bougé, ou du moins publiquement.

Mansour: Je sais que l’Angleterre a toujours Ă©tĂ© contre une Europe unie, car cela diminuerait son importance Ă  travers le monde. Je crois que Blair sera le dernier chancelier anglais Ă  avoir cette prĂ©rogative de pouvoir ralentir la construction d’une vĂ©ritable union europĂ©enne, Ă©conomique, sociale et politique.

Claude: Je crois que tu auras raison à long terme mais cela prendra beaucoup de temps avant l’union du Royaume-Uni et la communauté européenne. Il y a une animosité qui persiste depuis toujours entre la France et l’Angleterre. L’histoire de ces pays s’est écrite dans des guerres entre eux, où chacun remportait des victoires à tour de rôle sur l’autre, et ils s’échangeaient des terres et des populations dépendant du résultat de chaque conflit. Je me rappelle aussi les attitudes de De Gaulle envers les Anglais et j’ai compris Churchill au début de la guerre de n’accorder que peu d’importance au général. Mais alors que les stratégies finales s’élaboraient et que la résistance française rendait de plus en plus de services importants aux alliés, je ne comprenais plus Churchill, ni Roosevelt d’ailleurs, de chercher toujours à abaisser la stature du général et même chercher à le remplacer comme on a vu à Alger. J’aurais pensé que cela était fini mais si je me fies à mes observations, très superficielles je l’admets, depuis que je vis en France quelques mois par an, il me semble que les Français n’aiment pas foncièrement les Anglais et que ces sentiments sont vice-versa. Le vrai problème de l’intégration de l’Angleterre dans la communauté européenne vient du fait que cette animosité est encore trop vivante et trop grande. Un ou l’autre ne veut pas être dominé par l’autre. Est-ce que je me trompe ou est-ce que mon opinion est trop simpliste ? Voilà une question pour toi au moment ou je termine mes commentaires.

Ă€ la prochaine.