les Jacob (Estienne)


Chronique familiale de l’ancêtre Estienne Jacob

Cette généalogie a été préparée en collaboration avec le généalogiste Jean-Jacques LEBEAU.

L’histoire d’Estienne et de ses descendants a Ă©tĂ© Ă©tablie sur neuf gĂ©nĂ©rations.

Estienne Jacob, huissier, était notaire seigneurial, juge bailli de Beaupré et de l’île d’Orléans,

Estienne Jacob est nĂ© vers 1648 et dĂ©cède après le 10 aoĂ»t 1726. Il Ă©tait le fils d’Estienne EdmĂ© Jacob nĂ© vers 1615 Ă  en la paroisse de Saint-Germain de St-Germain-l’Auxerrois, v. Et archev. Paris et de Jeanne Bellejambe, nĂ©e vers 1620, aussi de Saint-Germain,

Il arriva en Nouvelle France avant le 4 juillet 1665, date Ă  laquelle il Ă©tait domestique d’Antoine Berson dit Chatillon, sur la cĂ´te de BeauprĂ©. Il dut passer sa vie Ă  cet endroit. Estienne Jacob se maria toutefois Ă  QuĂ©bec, devant le prĂŞtre et curĂ© H. de Bernières, le 14 octobre 1670, Ă  une fille du roi, Jeanne Fresset, âgĂ©e de 17 ans, fille d’AndrĂ© Fresset et de Marie Avice. Les tĂ©moins Ă©taient Michel Guion dit Rouvray, Pierre Nolan, François Sauvin et Nicolas Goulet. Ils s’installèrent sur la cĂ´te de BeauprĂ©.

Jeanne Fresset était une fille du Roy, et une des 770 jeunes filles arrivées en Nouvelle France entre 1663 et 1673. Leur recrutement, leur voyage et leur hébergement en Nouvelle France furent financés par le roi Louis XVI. La plus part étaient célibataires. Plusieurs étaient orphelines. Ils reçurent chacune une dot de de 50 livres pour leur mariage à un des nombreux colons français célibataires. Ces cadeaux sont relevés dans certains contrats de mariage des filles du Roy. Ce dernier voulait augmenter la population de la colonie française. 737 des ces filles du Roy se marièrent et une explosion démographique eut lieu et assura à la colonie un certain succès. La majorité des descendants canadiens, québécois et américains portant des noms français est issue de ces femmes courageuses du 17e siècle.

Après avoir Ă©tĂ© simple habitant, Estienne Jacob fut nommĂ© par Mgr de Laval, le 4 janvier 1676, sergent (huissier) de la juridiction seigneuriale de BeauprĂ©. Il fut, le 10 avril 1683, nommĂ© greffier et notaire de la mĂŞme juridiction. Enfin, le 12 mars 1689, Jacob fut promu juge bailli de BeauprĂ© ; l’« information des vie et mĹ“urs Â» et l’assermentation eurent lieu le 28 du mĂŞme mois. Jacob devint en outre juge bailli du comtĂ© de Saint-Laurent (Ă®le d’OrlĂ©ans) le 25 mai 1703 et prĂŞta serment le 5 juin. Vu « les infirmitĂ©s de son âge Â», Jacob, juge de BeauprĂ©, fut rĂ©voquĂ© le 22 aoĂ»t 1712. Mais il continua Ă  exercer comme notaire seigneurial.

La date du dĂ©cès de Estienne Jacob est inconnue, mais nous savons que son dernier acte est du 10 aoĂ»t 1726.

Une autre ancêtre avec le même patronyme, Jean Baptiste Jacob, viendra au Québec en 1762 et sa généalogie peut être trouvée sur ce site.

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab