les Labelle


Chronique familiale de l’ancêtre Guillaume LABEL dit LABELLE

La grand-m√®re paternelle de Claude DUPRAS est Marie-Anne √Člise LABELLE (8i√®me g√©n√©ration), mari√©e √† Wilfrid DUPRAS.

Cette g√©n√©alogie a √©t√© pr√©par√©e en collaboration avec le g√©n√©alogiste Jean-Jacques LEBEAU.

L’histoire de Guillaume et de ses descendants a √©t√© √©tablie sur 13 g√©n√©rations. 

Vers 1650 na√ģt Guillaume Label dit Labelle √† St-√Čloi-de-Tontuit dans la r√©gion de Normandie en France. Ce petit hameau fait aujourd’hui partie du village de St-Beno√ģt-d’H√©bertot, pr√®s de Lisieux (Calvados). Ses parents sont Jean Label et Marie Lo√ľe (ou Souat).

Guillaume, √Ęg√© de 17 ans, arrive √† Montr√©al √† l’√©t√© ou l’automne 1667. Il n’appara√ģt pas aux recensements de Montr√©al de 1666 et 1667. Ces recensements sont normalement fait durant l’hiver pour faciliter les transports. La premi√®re trace officielle de Guillaume  en Am√©rique est le 11 mai 1668, date √† laquelle il est confirm√© par Mgr Laval √† la chapelle Notre-Dame de Montr√©al. Cette chapelle est accol√©e √† l’ancien h√īpital. On retrouve son nom au recensement de Montr√©al de 1668. Il est confirm√© √† Montr√©al en 1668.

Le 22 novembre 1671, Guillaume signe un contrat de mariage devant le notaire B√©nigne Basset √† Montr√©al. Il √©pousera Anne Charbonneau (√Ęg√©e de 14 ans) le ndemain √† la chapelle Notre-Dame de Montr√©al. Celle-ci est n√©e en 1657 √† M√©ron dans le Marne  et Loire, France. Elle est la fille d’Olivier Charbonneau et de Marie Marguerite Garnier de la paroisse de Marans, dioc√®se de La  Rochelle en France. La famille Charbonneau est arriv√©e √† Montr√©al le 29 septembre 1659 en provenance de La Rochelle.

Le 29 novembre 1671 Guillaume fera l’acquisition d’une terre de Louis Marie dit Ste-Marie. Il la remettra un an plus tard. Le 30 novembre 1672 il ach√®te une concession de 60 arpents de Ren√© Sauvageau dit Maisonneuve √† la C√īte de France, aujourd’hui longue-Pointe Montr√©al. Il aura des probl√®mes √† s’acquitter de ses dettes comme en fait foi une entente devant greffier sign√©e le 21 octobre 1674 avec son cr√©ancier R. Sauvageau.

Le 29 octobre 1675, Guillaume et son beau-p√®re Olivier Charbonneau signent un contrat de 3 ans comme m√©tayers. Ils habiteront le manoir de Mgr Laval √† la pointe est de l’√éle J√©sus (aujourd’hui St-Fran√ßois-de-Sales, Laval). Ils s’occuperont de l’exploitation agricole de ce domaine qui √©tait √† cette date la seule installation de l’√ģle. Le manoir avait √©t√© construit en 1668 par Jean-Talon pour le compte de M. Berthelot qui √©tait l’unique propri√©taire et seigneur de l’√ģle. Celui-ci n’a cependant jamais mis les pieds en Nouvelle-France. Il c√©dera sa seigneurie √† Mgr Laval qui la remettra ensuite au S√©minaire de Qu√©bec.

Il n’existe pas encore de paroisse dans l’√ģle, donc les habitants doivent traverser soit la Rivi√®re-des-Prairies ou la Rivi√®re des Milles-√éles pour se rendre dans les paroisses environnantes (Lachenaie, Repentigny, Pointe-aux-Trembles).

Le 13 ao√Ľt 1677 Guillaume devient le premier propri√©taire en titre de l’√éle J√©sus. Il re√ßoit le lot #8 situ√© pr√®s du manoir.

Le 7 ao√Ľt de la m√™me ann√©e Guillaume obtient un concession de 60 arpents des Soeurs-de-la-Congr√©gation √† √éle J√©sus. Ce lot #14A, ainsi que le lot #13B ayant appartenu  √† son fils Pierre, sont situ√©s de chaque c√īt√© de l’actuelle rue Duchesneau √† St-Fran√ßois-de-Sales. Au mois d’octobre s’ach√®ve le bail de 3 ans pour l’exploitation du manoir. Guillaume s’√©tablit sur ses terres.

Le 29 octobre 1680, Olivier Charbonneau, le beau-p√®re de Guillaume, ainsi que 2 autres colons, obtiennent des concessions √† l’√éle J√©sus. Ils seront ses premiers voisins.

Le recensement de 1681 donne les indications suivantes sur Guillaume et sa famille : Guillaume 32 ans, sa femme Anne 25 ans, Antoine 7 ans, Fran√ßoise 5 ans et Charles 3 ans. Guillaume poss√®de 1 fusil, 2 b√™tes √† corne et il a mis 4 arpents de sa terre en valeur. Ce recensement nous indique que 4 familles habitent l’√éle J√©sus √† cette date: les familles de Guillaume Labelle, d’Olivier Charbonneau son beau-p√®re, de Michel Buisson et de L√©onard √Čthier.

En 1685 une chapelle de bois est construite √† St-Fran√ßois-de-Sales; elle est desservie par le cur√© de Repentigny. C’est la premi√®re √©glise de l’√éle J√©sus. Elle √©tait situ√©e √† l’extr√™me pointe est de l’√ģle.

Le 20 novembre 1687 meurt Olivier Charbonneau, son beau-père, qui sera enterré à Pointe-aux-Trembles.

Le 13 novembre 1689 les Iroquois attaquent les habitants de l’√éle J√©sus ainsi que Lachenaie o√Ļ ils font de nombreuses victimes et beaucoup de destructions. Suite aux nombreuses excursions guerri√®res des Iroquois, l’√éle J√©sus se vide pratiquement de ses  habitants qui cherchent refuge √† Montr√©al ou ailleurs. Pour sa part, Guillaume et sa famille se rendent √† l’√©t√© ou √† l’automne 1692 au village de St-Joachim pr√®s de Beaupr√©, √† l’est de Qu√©bec. On retrouve le nom de Guillaume comme engag√© sur les livres de comptes des religieux qui poss√®dent une ferme dans ce village. Ce sont les m√™mes religieux (S√©minaire de Qu√©bec) qui poss√®dent l’√éle J√©sus.

Le 1 octobre 1692 Guillaume est admis √† l’h√īpital H√ītel-Dieu de Qu√©bec o√Ļ il s√©journera pendant 40 jours. Aucun d√©tail n’est donn√© de sa maladie ou de ses blessures.

Vers 1701, la famille Labelle revient sur sa  terre de l’√éle J√©sus. La signature de la Grande Paix de Montr√©al, sign√©e le 4 ao√Ľt 1701, doit y √™tre pour quelque chose.

En 1702 la Paroisse de St-François-de-Sales est officiellement fondée. Une première église en pierre est construite.

Le 25 novembre 1709, deux des fils de Guillaume se marient le m√™me jour, Pierre √† Rivi√®re-des-Prairies et Joseph √† St-Fran√ßois-de-Sales. Guillaume n’assiste √† aucun des 2 mariages. Il est √Ęg√© de 59 ans et doit √™tre malade. En effet il d√©c√®de un mois plus tard, le 1er janvier 1710 √† St-Fran√ßois-de-Sales et est enterr√© lendemain √† Pointe-aux-Trembles.

Du mariage de Guillaume et Anne na√ģtront 7 gar√ßons et 5 filles. Un seul des gar√ßons ne fera pas souche, Antoine, mort √† 7 ans. Les 6 autres gar√ßons donneront 24 petits-fils √† leurs grands-parents, assurant ainsi la multiplication des Labelle en Am√©rique.

Durant l’hiver 1714-1715, les Labelle suivants, tous fils de Guillaume et habitants de l’√éle J√©sus, sont r√©quisitionn√©s √† une corv√©e pour la construction de fortifications autour de la ville de Montr√©al: Charles, Pierre, Jacques, Jean-Fran√ßois, Joseph et Joachim.

√Ä partir du noyau familial install√© √† St-Fran√ßois-de-Sales, les descendants Labelle occuperont les paroisses environnantes de l’√éle J√©sus (St-Vincent-de-Paul, Ste-Rose, St-Martin, Ste-Doroth√©e, etc.), puis s’installeront dans les nouveaux villages qui se d√©veloppent graduellement au nord de la rivi√®re des Milles-√éles (Ste-Th√©r√®se, Terrebonne, St-Eustache, St-Janvier, Ste-Anne-des-Plaines, St-J√©r√īme, etc.). A partir du 19¬į si√®cle, plusieurs iront s’√©tablir dans l’est de l’Ontario (Embrun, Bourget, Ottawa, Cornwall, etc.), d’autres iront coloniser le Manitoba et les √Čtats-Unis. Enfin plusieurs suivront les conseils du plus illustre des leurs, le cur√© Labelle et d√©velopperont les villages des Laurentides (St-Sauveur, Ste-Ad√®le, St-Agathe, Ste-Marguerite, St-Jovite, Mont-Laurier, etc.).

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab