le jardinier libertin


Petite pièce coquine en deux scènes, écrite sous forme de pastiche, idéale

en impromptu à l’issue d’un souper, et pouvant être laissée à portée de

lecture des enfants.

SCENE 1

Le décor représente un boudoir du milieu du 18ème siècle.
La Comtesse Héloïse de Bellesagne, jeune femme d’environ vingt-cinq ans, est assise devant sa coiffeuse sur la gauche de la scène, de trois-quarts par rapport au public. Une robe est étalée sur le dossier d’une bergère, à droite. Suzon, la femme de chambre fait son entrée côté jardin.

SUZON

Il y a là, Madame, arrivée à l’instant
Votre amie la Baronne Ophélie de Flessanges.
Dois-je la faire entrer ?

LA COMTESSE

N’ai-je pas l’air content ?
Bien sûr que vous devez ! Ophélie est un ange. Elle a sur mon humeur le plus doux des effets.
Vite, introduisez-la, j’en brûle d’impatience.
Mais je la reçois mal ! Mes cheveux sont défaits.
Vite un foulard en soie pour que son élégance
Ne ternisse pas trop ma tenue du matin. En fait, il est bien tĂ´t. Pourquoi cette visite ?
Je m’interroge en vain et j’y perds mon latin.
Mais foin de ces tourments, nous le saurons bien vite.

LA BARONNE

Ma très chère Héloïse, aurez-vous la douceur
En m’accueillant ainsi après votre toilette
De pardonner ma hâte à retrouver la sœur
Que vous ĂŞtes pour moi ?

LA COMTESSE

Absolution complète !
Car enfin je vous vois après cette quinzaine
Qui m’a privée de vous et de votre affection.
Mais dîtes-moi d’abord : avez-vous vu la Reine ?
On la décrit fort pieuse et toute en dévotions.
Que fait-on Ă  la Cour ? Qui est la favorite ?
Et les nouveaux chapeaux, comment les porte-t-on ?
Parlez-moi des ragots. Oh ! Tout cela m’excite :
J’aimerais tant savoir qui va donner le ton !

LA BARONNE

Les chapeaux sont, ma foi, tout en extravagance.
Ne dit-on pas qu’au bal de Monsieur d’Orléans
L’on vit se présenter Madame de Bragance,
En visite Ă  Paris, avec en ornement
Un perroquet perché dans un flot de dentelle.
Je vous laisse à penser l’effet que cela fit.
Car, soit dit entre nous, aussi belle soit-elle
La duchesse a choqué par l’ampleur du défi.
Mais parlons de la Reine : elle est fort tristounette,
Car notre souverain est bien souvent absent.
Lorsqu’il ne guerroie pas au son de la trompette
Il chasse à Saint-Germain jusqu’à l’épuisement.
Ajoutez à cela qu’il a pour les soubrettes
Un penchant bien connu du Paris des pamphlets
Et vous aurez compris que le soir la pauvrette
Guette en vain sa venue par le couloir secret. Et bien, figurez-vous que j’ai cru reconnaître
Dans cet air alangui qu’elle montre partout
Ce même air qu’attristée, lentement, j’ai vu naître
Sur votre douce mine, et dans vos yeux surtout !

LA COMTESSE

Je reconnais bien là cette attention si chère
Que vous me prodiguez et qui me va au cœur. En retour je me dois de me montrer sincère
Et de ne rien celer. D’où me vient cette humeur
Qui vous alarme tant ? Vous ĂŞtes perspicace !
Vous avez bien compris que je me languissais. Eh, oui ! Mon vieux mari, le Comte, a pour la chasse
Cette passion aussi, mais ce n’est pas assez :
Il faut qu’après souper, insensible à mes charmes,
Il convie aussitôt le Bailli, l’Intendant,
Et même le Prévôt gérant la salle d’armes
A jouer aux tarots des heures, cependant
Que, cherchant le sommeil je lis, dois-je le taire,
( A vous bien sûr que non, mais à mon chapelain ? )
Quelque livre audacieux de ce Monsieur Voltaire
Qu’on vante, m’a-t-on dit, dans les dîners mondains.

LA BARONNE

C’est là faute légère et fort compréhensible.
Ce n’est pas moi, Grand Dieu, qui vais vous en blâmer
Mais veillez toutefois Ă  ne pas prĂŞter cible
Aux flèches des bigots, si prompts à diffamer.
Ceci au demeurant est de peu d’importance.
Mon souci est ailleurs. Il est dans cet Ă©tat
Qui m’inquiète si fort et vous vaut ma présence
Sitôt potron-minet : surtout n’en voulez pas
A cette grande hâte d’y trouver un remède.

LA COMTESSE

Comment vous en voudrais-je, alors qu’il m’est donné
Le bonheur de pouvoir m’appuyer sur votre aide.
Quoi donc, en vérité, devrais-je pardonner ?

LA BARONNE

Chère Amie, ces propos si charmants me rassurent
Et vous m’encouragez à vous faire l’aveu
D’une proposition qui devrait, j’en suis sûre,
Guérir votre langueur et répondre à mes vœux.

LA COMTESSE

J’ai grande hâte à ouïr de quelle médecine
Vous attendez, ma foi, de semblables effets.
Sera-ce la saignée ou bien quelque officine
Experte en décoctions connues pour leurs bienfaits ?

LA COMTESSE

Il n’en est pas question ! J’ai beaucoup mieux en tête,
Car je fais peu crédit à tous ces faux savants,
A tous ces Diafoirus auxquels, moi, je ne prĂŞte
Que le don d’exploiter le mal en l’aggravant.
Non, ce que je voudrais vous proposer de faire
N’a pas grand-chose à voir avec la Faculté.
Vous allez en juger et nous ferons affaire,
J’en suis sûre. Et cela en toute honnêteté.
De quoi s’agit-il donc ? Je vous le donne en mille !
J’ai songé simplement à votre distraction,
Au moyen de troquer les soucis et la bile
Qui vous tourmentent tant, contre la séduction
D’un commerce agréable offert au quotidien
Avec quelqu’un de jeune, à la mine avenante,
A l’humeur enjouée, qui vous ferait du bien.
Pour ça, me direz-vous, « j’ai déjà mes servantes ».

LA COMTESSE

Il est vrai que Suzon ne manque pas d’esprit. Elle est gaie, souriante et me distrait souvent
Grâce à ses réparties. Je vous l’avoue : je ris
De bon cœur bien des fois, car c’est fort amusant.

LA BARONNE

Il s’agit bien de ça ! Au diable vos soubrettes !
Laissons lĂ , croyez-moi, dentelle et cotillons !
Il vous faut changer d’air. Et voici la recette :
Vous avez un jardin qui fait l’admiration
De tous les amateurs Ă  vingt lieues Ă  la ronde
Mais perd de son éclat faute d’un jardinier
Au talent reconnu, à l’imagination féconde
Que vous pourriez guider vous-même à votre goût.
Car je sais, moi, combien vous maîtrisez la chose
Dès lors qu’il est question de décor et surtout
D’harmonie, de couleurs, de parfums et de roses.

LA COMTESSE

J’admets bien volontiers que depuis quelques temps
Notre vieux Ferdinand ressent le poids de l’âge.
Il travaille moins bien, je le sais, et pourtant
C’est un bon serviteur et ce serait dommage
De me priver de lui. Il est de la maison
Et m’est fort attaché depuis ma tendre enfance.

LA BARONNE

Pourquoi vous en priver ? Cela est sans raison.
Faites plutĂ´t pour lui preuve de bienfaisance
En lui offrant l’appui de deux bras vigoureux,
D’une tête bien faite et d’un entrain (c’est rare !)
Propre Ă  faire merveille : il en sera heureux
Et vous aussi, peut-être…Oh ! Pardon, je m’égare !

LA COMTESSE

Vous me faites rougir ! Et pourtant, dites-moi
(Je suis piquée au vif !), où est cet oiseau rare ?
Ne me répondez pas : « dans les jardins du Roi ».

LA BARONNE

Que nenni, Chère Amie ! Croyez-vous que je narre
De ces billevesées prisées dans les salons.
Non, il n’est pas si loin. Ecartez ce voilage
Et penchez-vous un peu. Il est sur le perron
En train de deviser près de mon attelage
Avec mon vieux cocher et mon valet de pied.
J’ai pris la liberté de l’amener. J’espère
Ne pas vous offusquer. Mais je crois bien qu’il sied
De vous influencer de certaine manière

LA COMTESSE

Comme vous y allez !

LA BARONNE

Mais c’est pour votre bien !
Je m’en porte garante et vous le recommande
A tous les points de vue. Son nom est SĂ©bastien.
Lorsqu’il a eu douze ans, son père à la demande
De notre Abbé, frappé par ses dispositions,
L’a laissé étudier latin et botanique,
Enfin des rudiments, mais assez de notions
Grâce à l’enseignement de la gent monastique,
Pour exceller bientôt dans l’art précieux des fleurs,
Des parcs et des herbiers. Je connais sa famille ;
Ce sont des métayers sérieux et travailleurs.
Quant Ă  lui ses vingt ans tourneboulent les filles.
Je n’exagère pas. Penchez-vous. Jugez-en !

LA COMTESSE

C’est vrai qu’il est mignon et a fort belle allure
(Sa taille est bien tournée et son regard plaisant),
Et qu’un charme troublant se lit sur sa figure.

LA BARONNE

Eh bien ! Eh bien ! Ma Chère ! Ai-je bien entendu ?
Devrais-je en deviner que vous voilà séduite ?

LA COMTESSE

Vous me faites rougir à nouveau ! J’aurais dû
Tempérer mon élan, surveiller ma conduite.
De grâce, ôtez-vous bien de la tête et du cœur
De pareilles idées. Cela dit, je l’avoue,
Me voici fort tentée d’oublier ma pudeur
Et d’engager, céans, le talent et la houe
De votre protégé.

LA BARONNE

Vous me faites plaisir,
Et pour lui, et pour vous. Vous allez, j’en suis sûre,
Vous en féliciter : on ne peut mieux choisir !
Je sens dans tout cela un parfum d’aventure…

SCENE 2

Les mĂŞmes personnages un mois plus tard.
Les deux amies sont assises dans le salon de la Baronne (fauteuils Louis XV, bergères, sont disposés en cercle, des natures mortes et des portraits ornent les murs, une table de whist avec quatre chaises occupe un angle de la pièce à droite d’une porte-fenêtre ). Un serviteur entre côté cour en portant un plateau qu’il dépose sur une table basse et ressort.La baronne se penche pour saisir le manche d’une chocolatière en argent et remplir la tasse de la Comtesse.

LA BARONNE

Ce breuvage, dit-on, fait fureur Ă  la Cour.
Ne m’a-t-on pas confié que le Roi en raffole
Et que la Reine en boit plus souvent qu’à son tour.
C’est vraiment un délice…et qui va faire école !

LA COMTESSE

Son parfum me ravit ; je reconnais bien lĂ 
Votre goût raffiné. Mais, sans être ironique,
De quoi diable est-il fait ?

LA BARONNE

Mais, c’est du chocolat !
Ne connaissiez-vous pas ? Il vient des Amériques
On dit que les vaisseaux espagnols en sont pleins.
C’est le nouveau pactole : on en fait contrebande
De SĂ©ville aux confins du Comtat Venaissin
Et même, écoutez bien, jusqu’aux ports de Hollande !
Mais parlons d’autre chose, car vous êtes ici
Après tout ce long mois qui suivit ma visite.
Je suis fort impatiente, attendant le récit
Que vous imaginez. Allez, dîtes-moi vite !
En un mot comme en cent : est-il Ă  la hauteur
Ce jeune jardinier que, pour votre service,
J’ai pris la liberté de vanter la vigueur ?
Parlez-moi de cela sans aucun artifice.
Si j’en crois tout ce rose à vos joues apparu
Et l’éclat de vos yeux, je ne doute plus guère
De la réponse ! Elle est, comme je l’avais cru :
Ce garçon a comblé mon attente, ma Chère.
N’ai-je pas eu raison de le recommander,
De jurer sur ma foi que vous seriez heureuse
De ses nombreux talents, et de vous persuader ?

LA COMTESSE

Et oui, je le confesse, et je serais menteuse
Si je niais l’évidence : il est vraiment parfait.
Il a un savoir-faire Ă©tonnant et sa science
S’étend bien au-delà des jardins des palais
Et de leur entretien. Sans aucune défiance
On a plaisir à faire avec lui des progrès,
Théoriques, bien sûr, mais plus souvent pratiques.
Il m’apprend la nature et je lui en sais gré.

LA BARONNE

Et où vous l’apprend-t-il ?

LA COMTESSE

Dans la serre exotique,
Aux confins du domaine, en toute discrétion.
On y est à l’abri des regards, des critiques
De tous les bien pensants prompts à l’indignation.

LA BARONNE

« Apprendre la nature » est sans doute une image ?
Ne me croyez pas dupe !

LA COMTESSE

Oh ! Mais bien sûr que non !

LA BARONNE

Il vous rend (je me trompe ?) une sorte d’hommage

LA COMTESSE

Je dirais …bucolique, s’il faut taire son nom
Disons qu’il est expert pour planter la bouture
Et qu’il m’a initiée à cet art délicat

Dans lequel, croyez-moi, j’étais fort immature
Tellement le vieux Comte en fait, lui, peu de cas !

La Baronne se lève et s’avance vers son amie qui se lève à son tour. Les deux jeunes femmes se font face. La Baronne prend les deux mains de la Comtesse dans les siennes et lui sourit.

LA BARONNE

Dois-je vous le cacher ? C’était mon espérance
Et la voici comblée ! Alors, disons qu’au fond,
Pour garder au discours un ton de convenance,
Il vous faut rendre grâce…à Monsieur de Buffon !!

Rochefort du Gard, novembre 2007

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire