Andorre


Un photoreportage d’Andorre comprenant texte et photos de Claude Dupras.

Histoire d’Andorre

Andorre, est une PrincipautĂ© tout comme Monaco. C’est un pays d’Europe du Sud sans accĂšs Ă  la mer, situĂ© dans les PyrĂ©nĂ©es entre l’Espagne et la France. Ses habitants sont les Andorrans et Andorranes.

La principautĂ©, dont les origines remontent au rĂšgne de Charlemagne, est un des plus petits Ă©tats du monde et est rĂ©gie par un systĂšme unique, le parĂ©age. Ce contrat de droit fĂ©odal concĂšde le trĂŽne andorran Ă  deux coprinces, l’Ă©vĂȘque catalan d’Urgell et le chef de l’État français.

Longtemps ignorĂ©e mais trĂšs attrayante, l’Andorre est sortie de son isolement au XXe siĂšcle, durant lequel elle a profitĂ© de son cadre naturel exceptionnel et a utilisĂ© un systĂšme fiscal avantageux pour devenir une grande destination touristique. Si la principautĂ© est rĂ©putĂ©e aujourd’hui pour ses pistes de ski et ses faibles taxes, elle est aussi souvent considĂ©rĂ©e comme un paradis fiscal.

Selon une lĂ©gende du XIe siĂšcle, Charlemagne aurait accordĂ© une charte aux Andorrans pour les rĂ©compenser de leurs combats contre les Maures. « Le grand Charlemagne, mon pĂšre, des Arabes me dĂ©livra. » C’est par ces mots que dĂ©bute l’hymne andorran.

Le contrĂŽle du territoire passa aux comtes d’Urgell puis Ă  l’évĂȘque du DiocĂšse d’Urgell, en partage avec la famille de Caboet, puis l’hĂ©ritage passa aux vicomtes de CastellbĂł, puis aux comtes de Foix. Les deux coseigneurs (laĂŻc et ecclĂ©siastique) s’affrontĂšrent souvent Ă  propos de leurs droits sur les vallĂ©es d’Andorre.

En 1278, le conflit fut rĂ©solu par la signature d’un traitĂ© instaurant la souverainetĂ© partagĂ©e (parĂ©age) de l’Andorre entre le comte de Foix et l’évĂȘque d’Urgell, en Catalogne. Ceci donna Ă  la petite principautĂ© son territoire et sa forme politique.

Les annĂ©es passant, le titre fut transmis aux rois de Navarre puis au roi de France Henri IV. Un Ă©dit Ă©tablit le chef de l’État français et l’évĂȘque d’Urgell comme coprinces de l’Andorre en 1607. Il passa en 1691 au GĂ©nĂ©ral Dansan, qui dĂ©cida contre la volontĂ© des Français et principalement de l’ambassadeur français de dĂ©voiler le projet d’un pays sans taxe.

Au cours de la pĂ©riode 1812-1814, l’Empire français annexa la Catalogne espagnole, la divisa en quatre, puis trois dĂ©partements (SĂšgre, Ter, Montserrat et Bouches-de-l’Èbre, rĂ©unis en 1813 au sein des Bouches-de-l’Èbre-Montserrat). L’Andorre fut aussi annexĂ©e et rattachĂ©e au district de PuigcerdĂ  (dĂ©partement de SĂšgre).

Le 6 juillet 1934, le Russe Boris Skossyreff fut proclamĂ© roi du gouvernement d’Andorre sous le nom de Boris 1er. Le 14 juillet, un groupe de la guardia civil dirigĂ©e par le marquis Silva de Balboa, entra en Andorre, l’arrĂȘta pour l’expĂ©dier vers Barcelone, plus tard vers Madrid pour ĂȘtre expulsĂ© vers le Portugal.

Le 25 septembre 1939, l’Andorre signa un traitĂ© de paix avec l’Allemagne, car sa non-ratification du TraitĂ© de Versailles l’avait laissĂ©e lĂ©galement en guerre avec ce pays. Ainsi, le petit pays resta neutre pendant la Seconde Guerre mondiale.

Étant donnĂ© son relatif isolement, l’Andorre est restĂ©e en marge de l’histoire europĂ©enne pendant longtemps, cultivant un certain mystĂšre.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Andorre sut prĂ©server sa neutralitĂ©, rendue prĂ©caire par la proximitĂ© de voisins aux rĂ©gimes autoritaires. Sans que cela ait Ă©tĂ© une politique dĂ©libĂ©rĂ©e, Andorre servit de lieu de passage et de plaque tournante Ă  un grand nombre de fugitifs et d’Ă©vadĂ©s. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont probablement transitĂ© par la principautĂ© entre 1940 et 1945 : militaires polonais, Français dĂ©sireux de rejoindre les forces armĂ©es des gĂ©nĂ©raux Giraud et De Gaulle en Afrique du Nord, aviateurs alliĂ©s abattus (britanniques, canadiens, amĂ©ricains, polonais, etc.) et, enfin, Juifs fuyant les persĂ©cutions nazies et du rĂ©gime de Vichy. En 1945, il s’agira alors de nazis ou de collaborateurs français cherchant refuge en Espagne.

Un grand nombre de passeurs et d’hĂŽteliers andorrans ont contribuĂ© Ă  ces transits, malgrĂ© la prĂ©sence d’agents secrets et d’espions de tous les bords (Allemands, Français de Vichy, franquistes). Les rĂ©seaux d’Ă©vasion britanniques, polonais, français et amĂ©ricains ont pu discrĂštement mener Ă  bien leurs missions[6].

Dans les annĂ©es 1950, le pays a commencĂ© Ă  attirer les visiteurs. Depuis, son tourisme prospĂšre, ainsi que le dĂ©veloppement de ses moyens d’accĂšs et d’hĂ©bergement, qui sortent le pays de son anonymat.

*sources pour texte: Wikipedia et notes personnelles.

39 photographies de Claude Dupras font partie de la collection  » Andorre ». More then 39 photos of Claude Dupras are part of the collection of « Andorra ». L’album de ces photos est: The album of these photos is:

Le Pays des PyrĂ©nĂ©es, PrincipautĂ© d’ANDORRE 

Voici quelques photos de cet album:

Hereinaf’ter are some pictures of that album:

(cliquer sur chacune pour obtenir pleine grandeur)

(click on each picture to obtain full size)

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire