au 23 juin 2002


Ce dialogue traite de la social-dĂ©mocratie dans les pays d’Europe et d’AmĂ©rique.

Le 23 juin 2002

Mansour: Dans un autre ordre d’idĂ©e, je te remercie pour tes analyses globales de la social-dĂ©mocratie en Europe. Je crois que je suis tout Ă  fait d’accord sur le diagnostic de la social dĂ©mocratie d’une manière gĂ©nĂ©rale, qu’elle soit en Europe ou en AmĂ©rique du nord. Historiquement parlant, ce mouvement n’a eu de succès que pendant les moments socioĂ©conomiques difficiles dans le monde. C’est ce qui a fait le succès initial de Roosevelt et de son new Deal. Sans la grande crise des annĂ©es 20 et des dĂ©buts des annĂ©es 30, les USA ne se seraient jamais lancĂ©s dans des rĂ©formes aussi contraires Ă  toutes les valeurs amĂ©ricaines d’avant la grande dĂ©pression des annĂ©es 20. C’Ă©tait la sĂ©vĂ©ritĂ© de la crise Ă©conomique et sociale des annĂ©es 1920-30 ( plus de 30 % de chĂ´mage aux USA Ă  l’Ă©poque) qui a permis Ă  la dĂ©mocratie sociale de prendre le bâton de leadership dans ce pays pour faire face Ă  une crise jamais vue auparavant. Et grâce Ă  cette occasion, le New Deal a donnĂ© une autre responsabilitĂ© au gouvernement fĂ©dĂ©ral, qui, jusque lĂ , ne s’occupait que de la dĂ©fense et la diplomatie, soient les programmes de plein emploi et la mise en place de tout un système de protection sociale (Social securiy, assurance maladie etc..). DĂ©jĂ  en 1947 ou 1949 le gouvernement amĂ©ricain avait dĂ©jĂ  fait voter la loi concernant le plein emploi «The full employment act» qui donnait la responsabilitĂ© au gouvernement fĂ©dĂ©ral d’assurer le plein emploi Ă  tous les amĂ©ricains de ce temps. Et si mes souvenirs sont bons, je crois que cette loi fĂ©dĂ©rale n’a jamais Ă©tĂ© remise en cause Ă  ce jour, bien que le comportement du gouvernement fĂ©dĂ©ral Ă  ce sujet soit loin de s’inspirer de cette loi depuis dĂ©jĂ  les annĂ©es 70, pĂ©riode ou les rĂ©publicains avaient repris le leadership de la Maison Blanche. Je te signale aussi que c’est pendant cette pĂ©riode euphorique de la sociale dĂ©mocratie en marche aux USA que les syndicats des ouvriers se sont le mieux portĂ©s. Mais tout comme les individus, les sociĂ©tĂ©s oublient très vite les pĂ©riodes de la faim et de la misère et ne se concentrent que sur les bĂ©nĂ©fices Ă  court terme de leurs actions. Chassez le naturel, il revient au galop, comme on dit.

Claude: Oui, mais tout cela était dans une période de crise économique et de révolution industrielle. Les revendications des travailleurs n’étaient que légitimes, tout en étant nouvelles, et je suis en accord avec toi que le président a vu juste dans sa stratégie pour aider le peuple américain. D’ailleurs le peuple américain l’a reconnu et l’a réélu pour trois mandats. Les temps ont bien changé depuis, mais il reste encore 40 millions d’américains qui sont sans assurance maladie et qui vivent dans la pauvreté. Ti-Bush ne comprend rien à ce problème, ou ne veut rien comprendre, car il est de la mentalité des dirigeants de Enron et de Worldcom. Il faudra attendre un président démocrate qui prendra peut-être (je l’espère) le taureau par les cornes et aura le courage de proposer une solution juste et définitive pour tous ces américains pauvres et sans espoir.

Mansour: Pour ce qui concerne la dĂ©mocratie sociale europĂ©enne, je suis entièrement d’accord avec toi qu’elle a pour une raison ou autre perdu sa raison d’ĂŞtre. Les socialistes, qu’ils soient Français, Allemands, ou Belges, ont finalement oubliĂ© ce qui les a amenĂ©s au pouvoir. PlutĂ´t que de continuer Ă  croire Ă  leurs messages initiaux, ces partis ont enfin de compte essayĂ© de remplacer le pouvoir de la droite, plutĂ´t que d’Ă©riger un nouveau pouvoir de la social-dĂ©mocratie. En essayant d’Ă©largir leurs bases populaires dans leurs pays, ces partis socio-dĂ©mocrates, qu’ils soient AmĂ©ricains ou EuropĂ©ens, se sont Ă©loignĂ©s de leur propre base sans jamais avoir le support des nouvelles couches sociales qu’ils convoitaient. Les performances de Jospin en France le dĂ©montrent amplement. VoilĂ  un chef de gouvernement qui tout en essayant d’apprivoiser l’Ă©lectorat de la droite française n’a rien trouvĂ© de mieux qu’instituer une semaine de travail de 35 heures Ă  travers tout son pays. Cette mesure a touchĂ© sa propre base politique, Ă  savoir les ouvriers, qui Ă  la fin du mois doivent payer leurs obligations financières, tout en enrageant les patrons français qui devaient lutter quotidiennement contre la concurrence europĂ©enne d’abord et la globalisation des activitĂ©s Ă©conomiques en gĂ©nĂ©ral. Cette loi a Ă  elle seule Ă©tĂ© un acte criminel contre les principes mĂŞme de la social-dĂ©mocratie.

Claude: Je suis en accord avec toi.

Mansour: Mais pour ce qui est de tes apprĂ©ciations des gouvernements de Blair et du Chancelier Allemand, je ne suis pas du tout d’accord. Tout d’abord, en ce qui concerne Blair, je te rappelle que pour prendre le pouvoir au 10 Downing Street, il a tout simplement recrutĂ© toute l’Ă©quipe amĂ©ricaine qui avait orchestrĂ© la victoire de Clinton contre Bush senior.

Claude: Qu’y a-t-il de mal là-dedans? Si Jospin avait fait de même, il serait aujourd’hui probablement président de la France, car les conseillers électoraux américains comprennent, mieux que n’importe qui, que la politique, plus spécifiquement une campagne électorale, n’est qu’un commerce d’images et d’illusions. Ils sont les maîtres des techniques d’informations et savent comment préparer, présenter et faire accepter un candidat. Cela n’a rien à voir avec le programme politique mais simplement avec la perception des électeurs du candidat. Mieux vaut être élu que non-élu. Jospin perdait un point par jour durant la dernière semaine de la campagne. Cette campagne est devenue un exemple typique d’une campagne inefficace, mal pensée, mal menée. Au lieu de démissionner, Jospin aurait pu mettre à la porte chacun des membres de son comité organisateur, «l’atelier», qui lui ont imposé une campagne pourrie avec laquelle il n’était pas à l’aise et qui l’a très mal servi. Blair est au pouvoir, Jospin dans son salon. Qui a eu raison ?

Mansour: Mieux encore, il gère les affaires de la Grande Bretagne exactement de la mĂŞme manière que Clinton a gĂ©rĂ© les affaires des USA. Les rĂ©sultats des dernières Ă©lections prĂ©sidentielles amĂ©ricaines ont prouvĂ©, une fois de plus, que tu ne peux jamais mĂ©nager le choux et la chèvre en mĂŞme temps. Et c’est ce que les dĂ©mocrates amĂ©ricains ont voulu faire durant les huit annĂ©es au pouvoir sans jamais convaincre la droite amĂ©ricaine, que ce groupe pouvait ĂŞtre leur alliĂ© Ă  long terme. Il en a Ă©tĂ© de mĂŞme de Jospin en France, et je suis sĂ»r qu’il en sera de mĂŞme pour Schröder de l’Allemagne et vraisemblablement pour Blair dans les annĂ©es Ă  venir.

Claude: Blair qui se considère un homme de gauche, croit au contrat social, tient à promouvoir l’intérêt public, et veut que les plus défavorisés puissent saisir leur chance. Il sait écouter. Il transforme la chambre des Lords en seconde chambre élue, il conserve le soutien de la gauche intelligente; il recrée la coalition libérale regroupant les professionnels éclairés, les patrons progressistes, une partie de l’Église et les représentants de la classe ouvrière; il tient sur toutes les questions sociales un langage ferme, voire dur, tout en menant une action plus libérale, plus progressiste. Il renforce la lutte contre les clandestins, impose des tests aux nouveaux arrivants, réhabilite les prisonniers. Il est astucieux et veut redonner une légitimité absolue à l’Etat-providence et au contrat social tout en prônant que c’est aux parents de prendre leurs responsabilités face à leurs enfants. Il est un politicien très intelligent et clairvoyant. Dénigré par les socialistes de France, ceux-ci auraient été mieux, à mon avis, de l’imiter car au moins il a une touche d’audace et a proposé une «troisième voie» pour la sociale démocratie qui semble rallier ses électeurs.

Quant à Gore, candidat à la physionomie très froide, il a en réalité gagné l’élection américaine. Il se l’est fait voler par les républicains de la Floride et par la cour Suprême des USA. Et si Gore n’a pu obtenir plus de votes et bénéficier de la grande popularité de Clinton, ce n’est pas à cause de la droite américaine mais à cause de la difficulté qu’il avait de projeter son image et ses idées. Bush par contre a fait beaucoup de chemin avec cette qualité, qui pour lui est naturelle. A mon avis, le résultat de l’élection s’est joué principalement là-dessus. Jospin était de base un candidat beaucoup plus attirant que Gore et sa défaite indique bien qu’il a été la victime d’une mauvaise campagne. Quant à Schröder, ne le connaissant pas trop, je n’ai pas d’opinion sur son avenir électoral, mais j’avancerais que s’il n’applique pas la stratégie de Blair, avant et durant sa prochaine campagne, il perdra, car il semble que sa politique de sociale démocratie ne répond plus aux besoins des allemands.

Mansour: Blair par exemple a essayĂ© de faire un virage Ă  gauche pour rappeler aux Anglais qu’il Ă©tait toujours pour les classes ouvrières, dans son dernier budget. Mais il oublie une chose, c’est que pendant des annĂ©es il a tout fait pour satisfaire la droite anglaise, dans le cadre de la globalisation de l’Ă©conomie mondiale. Je ne dis pas que sa politique Ă©conomique Ă©tait contraire aux intĂ©rĂŞts Ă  long terme de la Grande Bretagne, loin de lĂ , mais il faut avouer que cette victoire rĂ©elle de la sociale dĂ©mocratie ne profitera en fait qu’aux conservateurs anglais aux prochaines Ă©lections, tout comme on voit dĂ©jĂ  les victoires des ChrĂ©tiens-dĂ©mocrates en Allemagne depuis plus d’un an dĂ©jĂ .

Claude: Peut être que tu as raison parce que les partis européens de la sociale démocratie «ont, pour l’essentiel, épuisé leur ordre du jour. La cause de l’égalité se perd face à celle de la compétitivité, la globalisation et la construction européenne limitent l’autonomie des politiques économiques, les privant d’arguments traditionnels». En plus en France, le parti (socialiste) des technocrates a remplacé le parti ouvrier des social-démocraties, est-ce la même situation en Allemagne?

Mansour: Je pense que du point de vue de la rĂ©flexion socio Ă©conomique, nous nous trouvons aujourd’hui une fois de plus avec des idĂ©es sociales dĂ©mocrates noyĂ©es dans des Ă©lans pour prouver que la sociale dĂ©mocratie peut ĂŞtre aussi attentive que les mouvements conservateurs vis-Ă -vis des intĂ©rĂŞts des dĂ©tenteurs du capital en gĂ©nĂ©ral. De l’autre cĂ´tĂ©, le conservatisme international n’a pas cette ambiguĂŻtĂ© dans son message. «The trikle down economics» de Reagan reste toujours le message de tous les partis conservateurs, qu’ils soient d’AmĂ©rique du nord ou de l’Europe. Et c’est dans une situation relativement aisĂ©e que ce monde baigne Ă  ce jour car ce message est très populaire mĂŞme dans les couches les plus dĂ©munies de la sociĂ©tĂ©.

Claude: Il n’y a pas que des partis conservateurs au pouvoir. Les USA et l’Italie, ne sont pas le Canada, la France, et autres pays qui ont des gouvernements de centre à tendance libérale. Il ne faut pas généraliser.

Mansour: Je suis persuadĂ© que durant la première dĂ©cennie que nous avons dĂ©jĂ  entamĂ©e nous verrons la disparition de la dĂ©mocratie sociale aussi bien en AmĂ©rique du nord mais surtout en Europe. Le conservatisme va rĂ©gner sur le monde occidental jusqu’Ă  l’arrivĂ©e des vagues de retraites ( les baby boomers ) dans les annĂ©es 2015-2030. Ă€ ce moment-lĂ , les valeurs fondamentales de la social-dĂ©mocratie aura une fois de plus de la rĂ©sonance au sein de ces sociĂ©tĂ©s qui seront confrontĂ©es Ă  des problèmes sociaux qu’aucun rĂ©gime conservateur n’est capable de gĂ©rer, de par sa philosophie de la vie en gĂ©nĂ©ral. Le Darwinisme, porte drapeau de la philosophie conservatrice, sera une fois de plus mis Ă  nu.

Claude: Je crois plutĂ´t que les partis seront plus au centre et plus pragmatiques.

Mansour: Pour une fois, nous avons abordĂ© un sujet politico-Ă©conomique d’une très grande importance non seulement pour l’avenir des sociĂ©tĂ©s euro amĂ©ricaines mais pour toute l’humanitĂ©, je pense. L’avenir de l’humanitĂ© ne sera pas dĂ©cidĂ© par des luttes idĂ©ologiques entre les socialistes et les conservateurs. Le capitalisme, la libertĂ© privĂ©e, la globalisation de l’Ă©conomie sont des faits accomplis dès maintenant (Ă  moins qu’un CĂ©sar Ă©merge de cette nouvelle paranoĂŻa nationaliste qui souffle Ă  travers les USA aujourd’hui, tout comme nous l’avons vu en Allemagne et en Italie durant les annĂ©es 1920 et 30). Le grand dĂ©bat aujourd’hui se pose dans la forme de la gestion d’une nation dĂ©mocratique pour rĂ©pondre aux besoins des citoyens de cette nation. Et lĂ  je t’avoue que nous avons fait de très grands pas en arrière ces 30 dernières annĂ©es.

Claude: Je ne crois pas que ce fut un pas en arrière, car les propositions et les politiques des programmes de la sociale démocratie ont été acceptées par les peuples et mises en application. Le problème réside dans le fait que l’ordre du jour de ces programmes est épuisé et que les partis sociaux-démocrates n’ont pas prévu son renouvellement en rapport avec les nouvelles situations comme la compétitivité, la globalisation, la construction européenne et les baby-boomers.

Mansour: D’abord nous avons eu la rĂ©volution de Mme Thatcher, ensuite nous avons vĂ©cu la rĂ©surgence de la droite aux USA avec Ronald Reagan. Et maintenant nous sommes sur le point de nous retrouver avec toute l’Europe et l’AmĂ©rique du nord dirigĂ©es par des idĂ©ologues conservateurs, qui n’ont absolument rien appris de toute l’histoire des 19 et 20ième siècles.

Claude: Si je te disais que je crois que tu exagères, me croirais-tu? Le parti de Chirac entre autres est un bel exemple de compréhension de l’histoire passée. La poussée du populiste que l’on ressent dans certains pays n’est qu’un phénomène qui plafonnera vite comme le font normalement les partis des extrêmes. A mon avis, il ne faut pas généraliser et regrouper tous les partis et les politiciens dans le même sac.

Mansour: Faut-il encore attendre un dĂ©sastre comme la grande dĂ©pression des annĂ©es 1920/30 pour remettre la social-dĂ©mocratie en harmonie avec ses propres valeurs morales. J’ai bien peur que oui. Je vois encore les rĂ©actions des socialistes français après leur dĂ©bâcle Ă©lectorale de juin. Ils ne semblent pas du tout conscients de leur virage hypocrite Ă  droite durant leurs jours au pouvoir.

Claude: Ils ont viré vers la droite car ils manquaient de politique. Ils ne savaient pas quoi faire. Ils n’écoutaient pas. Leurs politiques face à la mondialisation auraient pu être de contrôler le capitalisme, influer sur lui et inciter le patronat à être plus progressiste. Ils n’ont pas eu l’imagination, la compréhension, la vision ou le courage de les définir.

Mansour: Et il me semble qu’ils s’obstinerontencore Ă  continuer Ă  faire les yeux doux au patronat français, qu’ils n’auront jamais de leur cĂ´tĂ© de toutes façons. Ce faisant, ils continueront Ă  s’aliĂ©ner leurs propres bases populaires Ă  savoir les ouvriers français.

Claude: La voie pour la redéfinition de la social-démocratie se retrouve au niveau Européen et c’est là que le socialisme français pourra retrouver, peut-être, son avenir. Rien n’est certain. Pourra-t-il se rapprocher, écouter, s’adapter? Si je me fie au passé, je ne crois pas.

Ă€ bientĂ´t.