La satyagraha


Gandhi avait dĂ©jĂ  crĂ©Ă© le mouvement de rĂ©sistance passive avant d’avoir dĂ©couvert Thoreau. Il reconnaĂ®t toutefois que l’essai « Civil disobedience » qu’il a dĂ©couvert en prison l’a grandement influencĂ©.

Gandhi n’aimait pas l’expression « dĂ©sobĂ©issance civile » ni celle de « rĂ©sistance passive ». Il offrit donc une prime au lecteur du journal « Indian Opinion » qui ferait la meilleure suggestion.

Finalement, ce fut Maganlâl Gandhi qui créa le mot « Sadâ-graha » qui devint pour plus de clarté « Satyâgraha » pour « sat » qui signifie vérité et âgraha qui signifie fermeté. Autrement dit « attachement à la vérité ».

Le prix de la plus petite victoire Ă©tait Ă©norme et la lutte n’avait pas de fin. DĂ©jĂ  Ă  ses dĂ©buts au Transvaal, des satyagrahis perdirent tous leurs biens; sur 13,000 Indiens vivant dans cette province, 2,500 Ă©taient en prison et 6,000 en avaient Ă©tĂ© chassĂ©s.

Certaines campagnes de satyâgraha ont Ă©tĂ© plus pĂ©nibles que d’autres et l’une d’elle a mĂŞme eu des consĂ©quences dĂ©sastreuses. Le peuple n’Ă©tait près Ă  un tel sacrifice; dans quelques grandes villes, les manifestants ont rĂ©pliquĂ© Ă  la provocation par la violence. Le contrĂ´le de millions de personnes n’est pas une chose facile et le Mahatma l’a appris de façon dramatique.

Ce mouvement de résistance était extrêmement exigeant pour les satyagrahis. Seul le Mahatma avait la force de caractère et la foi inébranlable en la vérité le pour maintenir vivant après les pires épreuves. Gandhi parvint à reprendre le contrôle de la situation et les futures campagnes se déroulèrent sans désordre.

Nous l’avons vu dans un article prĂ©cĂ©dent lors de la Marche du sel, le satyâgraha exigeait d’endurer les pires violences sans rĂ©pondre par la violence ni mĂŞme sans tenter de l’Ă©viter. On a vu les satyagrahis se prĂ©senter, en silence, les bras baissĂ©s, devant les soldats qui leur fracassaient le crâne Ă  coup de lathis.

Les femmes ramassaient les morts et les blessĂ©s et aussitĂ´t, dix autres satyagrahis prenaient la relève. Le sacrifice de ces gens a Ă©tĂ© plus puissant que toutes les armes connues. Il a menĂ© l’Inde Ă  sa libĂ©ration.

Le tout puissant Empire britannique a dĂ» plier l’Ă©chine et quitter le pays.

Gandhi avait triomphé à force de courage et de persévérance.

Le satyâgraha avait fait ses preuves.