Un p’tit gars ordinaire


Les aventures du petit Gandhi ne diffĂ©raient pas de celles de tous les garçons de son âge. Plus passif que ses compagnons de classe, il ne donnait pas beaucoup l’impression de quelqu’un qui saurait facilement se frayer un chemin dans la vie.

Malgré cela, il manifesta très tôt dans la vie un attachement profond à la vérité.

Lors d’un examen, l’Inspecteur, en visite officielle dans son Ă©cole, avait dictĂ© cinq mots aux Ă©lèves de sa classe pour Ă©valuer leurs connaissances de l’orthographe. Gandhi avait mal Ă©crit le mot « bouilloire »; son professeur lui fit signe de copier sur l’ardoise de son voisin.

Déçu du comportement de son maĂ®tre, Gandhi ne le fit pas et il fut le seul Ă  avoir une faute. Lorsque ce dernier lui expliqua sa stupiditĂ©, il refusa d’admettre son erreur en disant que jamais il ne pourrait apprendre Ă  copier. Cet incident ne diminua pas le respect de Ghandi envers son maĂ®tre. Il avait appris Ă  respecter les aĂ®nĂ©s et Ă  ne pas les juger. Il dĂ©veloppa très tĂ´t dans sa vie une passion vĂ©ritable pour la perfection morale.
La mythologie hindoue offrait plusieurs modèles Ă  imiter et Ghandi aimait plus particulièrement l’histoire du roi Harischchandra qui avait tout sacrifiĂ© pour l’amour de la vĂ©ritĂ©.

Ayant assistĂ© Ă  une reprĂ©sentation de la pièce de théâtre « Satyaharischchandra » qui dĂ©crit la vie de ce roi mythique qui endure mille Ă©preuves pour poursuivre sa recherche de vĂ©ritĂ©, Gandhi fut Ă©merveillĂ©.

Quelques annĂ©es plus tard, il comprenait bien que ce roi n’avait jamais existĂ© mais lorsqu’il y pensait, il Ă©tait aussi Ă©mu que lorsqu’il Ă©tait enfant. Son enfance se termine avec son mariage.

DĂ©jĂ  Ă  l’âge de sept ans, Gandhi avait Ă©tĂ©, Ă  son insu, fiancĂ© trois fois. Les deux premières fillettes Ă©taient mortes en bas âge. En Inde, les fiançailles faisaient l’objet d’accords entre les deux familles et les enfants n’Ă©taient pas informĂ©s de ce qui se tramait. Ce n’est que peu de temps avant son mariage, vers l’âge de quatorze ans, que ses parents l’informèrent qu’il Ă©tait fiancĂ© Ă  KastourbaĂŻ, fille de Gokouldas Nakanyi, commerçant de Porbandar.
Leur union dura jusqu’Ă  la mort de Bâ soixante-deux ans plus tard.