Avant-Propos


Écrire l’histoire du CANADIEN, une vĂ©ritable Ă©popĂ©e sportive de quarante-six ans, soit de 1909 Ă  1955, n’est pas une mince tâche, loin de lĂ . Cependant c’est avec plaisir que nous l’avons entreprise, sachant qu’elle saura intĂ©resser au plus haut point une foule de gens.

En sous-titre de L’ÉPOPÉE DES CANADIENS, nous avons inscrit: « De Georges VĂ©zina Ă  Maurice Richard ». On nous dira peut-ĂŞtre que VĂ©zina n’Ă©tait pas du tout premier club. C’est vrai. Mais il s’est alignĂ© peu après le dĂ©but et il a brillĂ© pour le Tricolore pendant 15 ans. On l’a toujours jugĂ© un des meilleurs gardiens de buts de tous les temps et il fut certainement le meilleur dans la pĂ©riode de 1910 Ă  1925. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a instituĂ©, peu après sa mort, en 1926, grâce Ă  l’initiative de LĂ©a Dandurand, le trophĂ©e qui perpĂ©tue Ă  jamais sa mĂ©moire et qui est accordĂ© chaque saison au gardien le moins souvent dĂ©jouĂ©.

Les raisons qui nous ont fait choisir Maurice Richard dans le sous-titre sont trop Ă©videntes pour qu’il soit nĂ©cessaire d’insister. Maurice Richard a Ă©tĂ© et est encore un fameux joueur, un des plus fameux dans l’histoire moderne, sinon, en fait, le plus fameux.

On sait qu’au cours de l’hiver dernier, soit le 18 dĂ©cembre 1954, Richard en arrivait au formidable total de 400 buts en quelque douze saisons sous les couleurs tricolores. Il s’agit d’une imposante moyen­ne. Lors de la première Ă©dition de ce volume, on prĂ©voyait que celui que l’on a surnommĂ© le Rocket dĂ©passerait le record moderne de 324 buts dans une carrière, record Ă©tabli par Nels Stewart des anciens Maroons. Ce fait est arrivĂ© le 8 novembre 1952 et, depuis, Richard a atteint le total de 422 tandis qu’il a comptĂ© 57 fois dans les sĂ©ries de la coupe Stanley pour le presque incroyable grand total de 479 buts. D’ailleurs, nous parlerons de l’Ă©tincelante carrière de Richard de façon plus Ă©laborĂ©e et plus complète vers la fin de ce volume.

Si nous avons choisi deux noms canadiens-français dans notre sous-titre, c’est que nous sommes d’avis que le CANADIEN a toujours reprĂ©sentĂ© laprovince de QuĂ©bec ou plutĂ´t le Canada français dans l’histoire du hockey professionnel dans le monde. Oui dans le monde, si l’on tient compte qu’aujourd’hui, ce sport est pratiquĂ© partout et devient plus populaire que jamais.

Inutile de dire que le CANADIEN a toujours comptĂ© dans ses rangs des joueurs de langue anglaise. Ces joueurs ont grandement contribuĂ© Ă  tous les succès, Ă  tous les triomphes des Canadiens et c’est aussi leur histoire que nous racontons aujourd’hui, comme on le constatera d’ailleurs par des chapitres assez longs que nous leur consacrerons. Nous voulons parler ici. surtout, des Joe Malone, George Hainsworth, Howie Morenz, Bill Durnan, Elmer Lach, Doug Harvey et Ken Reardon. Chez les Canadiens de sang français, il sera question en particulier d’Edouard-Charles « Newsy » Lalonde, Aurèle Joliat, Hector « Toe » Blake, Emile Bouchard et Maurice Richard, tandis que nous publierons quelques notes sur deux jeunes qui sont en train de s’illustrer sous les trois couleurs, Bernard « Boum Boum » Geoffrion et Jean « Gros Bill » BĂ©liveau.

Nous commencerons cette publication en donnant d’abord des dĂ©tails, aussi nombreux que possible, sur Georges VĂ©zina. Nous continuerons, ensuite, en rappelant les dĂ©buts du CANADIEN ainsi que les faits saillants de sa longue et glorieuse existence.

Nous finirons par citer les principaux exploits des Canadiens ainsi que leurs records. Nous donnerons les alignements des Canadiens, depuis leur fondation, en 1909, jusqu’Ă  nos jours. Enfin, nous donnerons une biographie de Maurice Richard, le joueur qui, dans l’histoire moderne du hockey, a le plus de records Ă  son actif.

Mais ce n’est pas tout. Nous donnerons aussi. dans l’ordre chronologique qu’ils se sont produits, les faits les plus saillants dans toute l’histoire de l’Association Nationale et de la Ligue Nationale, depuis quarante-six ans, soit de 1900 jusqu’Ă  l’automne 1955, ainsi que les principaux changements aux règlements.