Canyonlands, Capitol reef, Goblin, Grand Canyon


Parc national de Canyonlands

Le parc national de Canyonlands est situé près de Moab, dans l’Utah. Il fut proclamé parc national le 12 septembre 1964. La superficie du parc est de 1 366 km2. Il offre aux visiteurs une série de paysages colorés et façonnés par l’érosion du fleuve Colorado, en amont du lac Powell et du Grand Canyon, et de la Green River, dans un milieu semi-désertique. Les affluents du Colorado sont parfois de simples rigoles qu’un orage peut transformer en torrents furieux. Alors, ils dévorent leurs berges, arrachent terre et rochers et alimentent le Colorado. Le parc est en fait divisé en 3 parties distinctes délimitées par les deux fleuves (qui se rejoignent au milieu du parc). Les 3 parties sont Island in the Sky, the Needles et The Maze. Chaque partie présente ses propres particularités.

En 1868 le major John Wesley Powell, professeur de géologie, mit sur pieds une expédition dont le but était d’exploiter les rivières Green et Colorado. L’expédition commença fin mai et dura jusqu’à la fin août. Dans son journal Powell décrivit une région unique et étrange.

Island in the Sky est la partie du parc la plus accessible. Elle offre des panoramas exceptionnels sur le parc de par sa position en surplomb. C’est dans cette partie que se situe la célèbre Mesa Arch, arche naturelle de pierre tout aussi impressionnante que celles d’Arches National Park. Cette partie du parc offre de belles randonnées et des points de vues superbes.

The Needles est située au sud du parc. Il y a environ 100 000 ans, le fleuve Colorado creusa un lit profond dans les couches de roches. Alors que le fleuve s’enfonçait, la couche de sel sous-jacnte remonta vers la surface provoquant des cassures à l’est. Les failles délimitent alors une série de horsts et de grabens spectaculaires.

Les premiers Amérindiens ayant fréquenté la région vivaient il y a environ 10 000 ans. Il s’agissait de groupes nomades de chasseurs-cueilleurs. Leur survie dépendait de leur capacité à trouver des plantes sauvages et des animaux. L’absence de structures en dur tend à prouver que ces groupes ne se sont jamais vraiment installés dans la région. Néanmoins, ils ont laissé des traces de leur artisanat et de leur art. Ainsi, plusieurs pétroglyphes ont été retrouvés sur les parois rocheuses de Horseshoe Canyon.

Les Utes et les Paiutes sont arrivés vers le IXe siècle. Il faut attendre le XIVe siècle pour que les Navajos s’installent depuis le nord. Ces trois peuples vivent encore dans les Canyonlands aujourd’hui.

Sur les hauts plateaux du parc et dans les ravins, la sécheresse recroqueville les arbres mais dans le sable survit une végétation : éphédras, yuccas, herbes dont l’existence est due à la présence de cyanobactéries qui amalgament le sable et permettent ainsi aux plantes de s’enraciner dans un sol stable.

Bien que les Canyonlands présentent un aspect minéral et désertique, la vie est omniprésente dans le parc. Les animaux facilement observables sont les oiseaux (aigles…), les lézards et les rongeurs (écureuils, tamias) qui sortent le jour. Comme la flore, la faune s’est adaptée aux conditions climatiques difficiles et changeantes. Beaucoup d’animaux ne sortent que dans la nuit pour profiter de températures plus modérées en été : c’est le cas du néotoma, du rat-kangourou, du sconse, du lynx, du renard, du puma, des chauves-souris et des chouettes. D’autres sortent à la tombée de la nuit ou à l’aube : coyotes, porcs-épics, oiseaux, lapins, lièvres et cervidés. Les serpents vivent dans un état de torpeur pendant l’hiver et sont nocturnes en été.

Parc national de Capitol Reef

Le parc national de Capitol Reef est un parc national américain situé au centre de l’État de l’Utah.

D’une superficie proche de 979 km2, le parc est célèbre pour ses formations géologiques composées de roches colorées âgées de dizaines de millions d’années. Le parc est constitué de zones élevées et semi-arides, et est caractérisé par un important plissement monoclinal de la croûte terrestre en partie mis à nu par l’érosion. Le nom Capitol Reef provient de la forme monumentale de certaines roches issues d’un ancien récif corallien présent à cet endroit il y a plusieurs millions d’années, lorsque la zone était recouverte par une mer.

Le milieu naturel se caractérise essentiellement par de nombreuses espèces animales et végétales pouvant résister à un climat semi-aride. Néanmoins, les zones plus humides à proximité des rivières et aux altitudes plus élevées sont également colonisées par des espèces plus adaptées à ces milieux.

Le 18 décembre 1971, Capitol Reef devient un parc national.

Situé au centre de l’État de l’Utah, le parc s’étend sur environ 110 km du nord au sud, alors que sa largeur varie entre 2 et 20 km d’est en ouest. Son nom, qui pourrait se traduire par « récif du Capitole », provient d’un endroit très accidenté au sein du Waterpocket Fold et dont la forme monumentale rappelle un capitole qui aurait été construit dans des roches issues d’anciens récifs fossilisés.

Le point culminant du parc atteint 2 516 mètres tandis que le point bas ne dépasse pas 1 209 mètres d’altitude au sud du parc le long du ruisseau Halls Creek. Parmi les trésors géologiques visibles dans le parc se trouve la Cathedral Valley. Située dans le nord-ouest du parc, elle tient son nom de blocs imposants de roches rouges et blanches dont les formes font penser à des cathédrales bâties par l’Homme.

Toute la région appartient à la partie occidentale du plateau du Colorado, célèbre pour ses roches rougeâtres soumises à l’érosion présentes dans tous les parcs nationaux des environs. Capitol Reef est situé plus précisément en contrebas de la frontière orientale du sous-plateau d’Aquarius qui culmine à 3 449 mètres au niveau de Boulder Mountain.

Le climat présente des hivers assez froids et des étés relativement chauds. Le record de température minimale est de -27 °C, alors que le record de température maximale est de 36 °C. Des gelées peuvent se produire une grande partie de l’année bien que celles-ci soient habituellement absentes d’avril à octobre.

Les précipitations sont peu importantes dans le parc. L’humidité provenant surtout de l’océan Pacifique est stoppée au niveau de la chaîne montagneuse de la Sierra Nevada située plus à l’ouest. Cela ressemble au proche parc national de Bryce Canyon.

En plus des mammifères et des oiseaux comme ceux des autres parcs, le parc national abrite quelques espèces d’amphibiens dont la Salamandre tigrée, le Crapaud du Grand Bassin, le Pied-en-bêche occidental, les Crapauds boréal, Woodhouse, tacheté et la Rainette faux-grillon de l’Ouestm la Grenouille léopard .

Parmi les reptiles on retrouve: le Lézard à flancs maculés, le Lézard de Sagebrush etle e Chuckwall. Les serpents les plus courants dans le parc sont la Couleuvre à nez mince et le Crotale de l’ouest.

Les poissons présents dans les cours d’eau du parc sont la Truite fario, la Truite arc-en-ciel, la Truite fardée, l’Omble de fontaine, le Naseux moucheté, etc…

Les premiers hommes, les amérindiens, réalisent des pictographes et des pétroglyphes sur des rochers pour représenter leur façon de vivre. Ces œuvres représentent également des animaux comme des cerfs, des oiseaux, des lézards et des serpents.

.La colonisation européenne de la région ne débute qu’après 1875. C’est à cette époque que des Mormons s’installent pour y pratiquer l’agriculture en profitant de l’eau de la rivière Fremont. La première localité porte le nom de Junction car elle se situe à la jonction des cours d’eau Fremont et Sulphur Creek.

Le 2 août 1937, le Président Roosevelt accorde à une zone de 152,6 km2 le statut de monument national sous le nom de Wayne Wonderland National Monument.

Le National Park Service décide de racheter les terres des différents propriétaires mormons situés à l’intérieur de la zone protégée à la fin des années 1960. Depuis seules quelques constructions sont entretenues dans le but de préserver l’histoire de la région. Les vergers, qui comprennent environ 2 600 arbres, sont aussi toujours entretenus par le personnel du parc. En 1968, 870,3 km2 sont ajoutés au monument. La région obtient le statut de parc national le 18 décembre 1971 sous la législature du Président Richard Nixon.

Goblin Valley

Le parc de la vallée de Goblin appartient à l’État de l’Utah.

Il comprend des milliers de hoodoos et de roches hoodoos, rochers en forme de champignons, d’une hauteur de plusieurs mètres.

Plusieurs pétroglyphes retrouvés sur les rochers dénotent la présence d’amérindiens. La vallée fut découverte par des cow-boys qui cherchaient des endroits de paturage pour leur bétail. Ils cherchaient une alternative à la route entre green ricver et Caineville. Ils arrivèrent à un point d’observation situé à près de 1,6 km de la vallée de Goblin et furent émerveillés par ce qu’ils aperçurent. Cinq monts et une vallée d’étrange goblins entourée d’un mur composé de falaises érodé.

La publicité attira d’innombrables touristes au point qu’en 1954 le gouvernement protégea la vallée des vandales. Plus tard, l’État de l’Utah acheta la propriété et établit la réserve d’état de la vallée de Goblin qui devint un parc le 24 août 1964.

La végétation et les animaux sont limités aux espèces qui peuvent endurer le sable soufflée par les vents et des conditions climatiques très sèches. Les animaux doivent marcher plusieurs km pour trouver l’eau. Ces animaux pour la plupart sont nocturnes et ne sortent qu’à la fraicheur de la nuit. On y retrouve scorpions, rats kangourous, lézards, coyotes, renards, etc…

Le Grand Canyon

Le Grand Canyon, est situé dans le Nord-Ouest de l’Arizona. Il a été creusé par le fleuve Colorado dans le plateau du même nom. Fondé en 1919, le parc couvre un territoire protégé de 4 927 km2. Il est fréquenté chaque année par plus de quatre millions de visiteurs. La diversité naturelle et paysagère de la région a été reconnue patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.

Les dimensions du grand Canyon sont gigantesques : il s’étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km.

Le Grand Canyon n’est ni le plus profond, ni le plus imposant des canyons terrestres : le canyon du Yarlung Tsangpo en Chine, le Barranca del Cobre, situé au nord du Mexique et le Hells Canyon dans l’Idaho sont des gorges plus profondes. Mais le site est remarquable pour les points de vue offerts aux visiteurs et aux couches géologiques qui apparaissent sur les versants du canyon, bien connus des géologues. Les strates racontent l’histoire du continent nord-américain.

Le climat est marqué par l’aridité et l’altitude. Les précipitations annuelles sur South Rim sont de 380 mm. Les températures varient entre le nord (plus froid car plus élevé) et le sud du parc. Elles sont différentes selon que l’on se trouve sur le plateau ou au fond du canyon : l’été est particulièrement chaud et sec à cette altitude.

Le Grand Canyon a été sculpté par la force du Colorado qui prend sa source dans les Montagnes Rocheuses et se jette dans le Golfe de Californie après avoir parcouru 2 333 km. En contrebas de Yavapai Point, le lit du fleuve se trouve à 750 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le débit moyen du fleuve est de 650 m³/s; Cependant, lors des périodes de crue, celui-ci peut augmenter de manière significative. Une centaine de rapides se trouvent au fond du canyon. Plusieurs affluents se jettent dans le Colorado : Kanab Creek, Havasu Creek, Little Colorado et Paria River. Beaucoup de cours d’eau sont temporaires et dépendent des précipitations et de la saison.

On estime à environ un millier le nombre de grottes et de cavernes dans le Grand Canyon.

Une première hypothèse pour la création du Grand Canyon est qu’il est formé à partir de la fin du cénozoïque grâce à l’action érosive du Colorado, renforcée par l’ouverture du golfe de Californie en aval. De nouvelles éruptions ont produit des coulées de lave qui ont formé plusieurs bouchons dans la gorge et formé des lacs d’une profondeur allant jusqu’à 600 mètres.

Selon des données minéralogiques plus récentes, il pourrait être plus vieux de 17 millions d’années. Près de 40 couches différentes de roches sont identifiées sur les parois du Grand Canyon dont le socle formé au cours de l’ère Précambrienne.

La présence de nombreuses failles témoignent de l’activité tectonique qui a affecté et affecte encore la région du Grand Canyon. La faille de Bright Angel Fault traverse le canyon entre Grand Canyon Village vers la rive nord.

Le Grand Canyon présente une importante diversité d’écosystèmes : leurs caractéristiques dépendent de nombreux facteurs : situation, exposition au soleil, nature du sol, altitude, etc. La faune et la flore sont plus ou moins soumises à l’action de l’Homme et à la pression touristique.

Pas de commentaire

Ajoutez un commentaire