L’envoûtante Écosse… suite 4


Le tattoo militaire royal d’Edimbourg

Le Royal Edinburgh Military Tattoo, ou simplement «Military Tattoo», est un festival international de fanfares militaires ayant lieu chaque année depuis 1950 au Château d’Édimbourg. Il fait partie des activités du festival d’Édimbourg qui se déroulent en août.

Plus de 200 000 personnes s’y rendent chaque année pour assister aux représentations qui s’étend sur 3 semaines. La retransmission télévisée est diffusée dans plus de 30 pays pour une audience totale de 100 millions de téléspectateurs par an.

La première édition s’est déroulée en 1950 avec seulement 8 fanfares au programme.

Le festival a été renommé Royal Edinburgh Military Tattoo après que la reine Élisabeth II lui eut ajouté le titre « Royal » en l’honneur de ses soixante années d’existence en 2010.

De nombreux régiments militaires internationaux, ainsi que certaines tribus africaines, ont participé au Tattoo depuis 1950.

Le premier régiment extérieur au Royaume-Uni à y faire une apparition est celui des «Grenadiers et fusiliers royaux des Pays-Bas» en 1952. Depuis, plus de trente pays ont été représentés au Tattoo. Parmi les plus populaires, on peut citer le Top Secret Drum Corps, un groupe non-militaire suisse (le premier à participer au Tattoo); le régiment norvégien des «Gardes de Sa Majesté»; etc. Ces dernières années, le festival a accueilli des groupes de danseurs et de musiques venus de plusieurs pays.

Chaque année, le Tattoo met en évidence l’un des services des forces armées britanniques, soit une alternance entre la Royal Navy et les Royal Marines, la British Army et la Royal Air Force. Chaque année est aussi l’occasion de célébrer ou commémorer une organisation, un événement, un anniversaire ou un thème spécifique.

Cependant, le grand moment du festival reste le défilé des cornemuses et des tambours interprété par les régiments de la British Army, incluant des cornemuses civiles et militaires étrangères (principalement issues des pays du Commonwealth ayant des liens avec l’Écosse). Chaque soir, une parade de cornemuses et de tambours rejoint les groupes de musique militaire rassemblés sur l’esplanade du Château d’Édimbourg. Ils interprètent alors l’hymne national ainsi que la chanson Auld Lang Syne. Suit la cérémonie de la descente du drapeau alors que les clairons de la British Army et des Royal Marines sonnent le «Last Post». Enfin, la cérémonie se termine avec la complainte interprétée par un joueur de cornemuse solitaire illuminé, placé sur les remparts du château, au niveau de la «Batterie en demi-lune» du château. Les performeurs quittent alors l’esplanade en direction du Royal Mile, au son de plusieurs musiques, dont «Scotland the Brave».

Le Festival d’Edimburg

Le festival d’Édimbourg est un terme englobant plusieurs festivals artistiques et culturels se déroulant à Édimbourg, chaque été, principalement en août. Bien que les différents festivals soient gérés par des organisations distinctes, étant considérés comme des événements officiellement séparés, ils sont considérés par beaucoup de visiteurs comme un seul et même festival. L’ensemble forme le plus grand festival culturel annuel du monde.

Les festivals originaux, les plus importants, sont le festival international d’Édimbourg (Edinburgh International Festival) et l’Edinburgh Festival Fringe, ce dernier étant à lui seul plus important qu’aucun autre événement similaire au niveau mondial. Ils dépassent même le festival de théâtre d’Avignon.

Le festival international d’Édimbourg a été fondé en 1947 dans un effort après-guerre de « proposer une plateforme pour l’épanouissement de l’esprit humain ». La même année, en marge du festival officiel, huit compagnies théâtrales s’invitent en organisant leur propre événement : elles créent le mouvement qui s’appellera plus tard l’Edinburgh Festival Fringe (ou simplement «le Fringe») l’équivalent du «Off» d’Avignon. Ils restent depuis des organisations séparées. À ces deux événements se sont greffés plusieurs autres festivals culturels annuels, la plupart d’entre eux se déroulant également en été.

La programmation de tous les festivals est la présente: le festival original et « officiel » avec des représentations classiques et modernes de théâtre, opéra, musique, danse, arts visuels, etc.; le Fringe, aujourd’hui le plus important de tous les festivals artistiques au monde, propose des représentations de théâtre, théâtre de rue, comédie, musique, comédies musicales, danse, spectacles pour enfants, etc.; l’Edinburgh Military Tattoo présente son spectacle militaire sur l’esplanade du château; l’Edinburgh Jazz and Blues Festival; l’Edinburgh International Book Festival; l’Edinburgh International Science Festival; le Bank of Scotland Imaginate Festival; le Scottish International Storytelling Festival; l’Edinburgh’s Hogmanay; l’Edinburgh Mela célèbre les communautés d’Asie du Sud de la ville; l’Edinburgh International Internet Festival; l’Edinburgh People’s Festival; l’Edinburgh Interactive Festival; l’Edinburgh Art Festival; l’Edinburgh Annuale festival d’art contemporain; le Festival of Politics; le Festival of Spirituality and Peace; le iFest festival et conférences autour d’Internet; l’Edinburgh Comedy Festival,festival de comédie se déroulant dans les quartiers; le Gilded Balloon, Pleasance et Underbelly, fait partie de l’Edinburgh Fringe; le West Port Book Festival de livres gratuits d’occasion se déroulant dans le quartier de West Port; l’Edinburgh Book Fringe; l’Edinburgh International Marketing Festival; l’Edinburgh Swing Festival; l’Edinburgh Harvest Festival. L’Edinburgh International Television Festival se déroule également en août mais est réservé à l’industrie, et ne propose donc pas d’événements ouverts au public.

Les Highland cows

La Highland est une race bovine écossaise originaire de la région des Highlands, au nord de l’Écosse. Elle se caractérise par une robe Rouge clair à foncé (60 %), Noire (30 %), Grise (5 %), Blanche (5 %), aux poils longs et par une paire de longues cornes dressées en l’air.

Cette race rustique peut pâturer des zones de landes ou marécageuses mieux que tout autre race, et elle est parfois utilisée pour entretenir ce type de paysage. Elle fournit par ailleurs une viande persillée de bonne qualité gustative.

Elle aurait une parenté avec les ancestrales races britanniques blanches, comme la «chillingham» ou la «white park».

Au XVIIIe siècle, il existait des vaches Rouge nommées highlander et du bétail noir nommé « Kyloes » peuplait l’écosse. À l’origine, il existait deux races distinctes, l’une plus petite, à la robe noire vivait dans les îles de la côte nord-ouest de l’Écosse, l’autre un peu plus grande, à la robe brun rouge vivant dans les Highlands, qui furent ensuite fusionnées.

Son livre généalogique unique date de 1884 au Royaume Uni, et un «Herd Book» (livre sur cette race) a été ouvert en France en 2008 pas la «French-Highland Cattle Society».

La race a été exportée dès la fin du XIXe siècle aux États-Unis et au Canada, où elle contribua à améliorer le bétail sous l’angle de la rusticité. On la retrouve également dans de nombreux pays, notamment en Alaska et en Scandinavie, en France et même en Australie.

La conclusion

Si vous avez l’opportunité de visiter l’Écosse, n’hésitez pas! C’est un endroit merveilleux!

Claude Dupras

* Textes: notes personnelles, Internet, Larousse, Wikipedia, documents publicitaires. Photos de l’île de Skye, internet.