les Messier St-Michel


Chronique familiale de l’ancĂŞtre Michel MESSIER ST-MICHEL

Cette gĂ©nĂ©alogie a Ă©tĂ© prĂ©parĂ©e en collaboration avec le gĂ©nĂ©alogiste Jean-Jacques LEBEAU.

Maurice MERCURE, Lorraine JOLIN MERCURE ont fourni des informations pertinentes pour complĂ©ter ce travail.

L’histoire de Michel et de ses descendants a Ă©tĂ© Ă©tablie sur 11 gĂ©nĂ©rations.

Le père de Michel Messier dit Saint-Michel est de David Messier, fils de Jehan Messier et Françoise Baudricourt, nĂ© Ă  Rouen en Normandie en 1615 et dĂ©cĂ©dĂ© le 27 dĂ©cembre 1687. Vers 1635, David Messier Ă©pousa Marguerite Jambard dit Barc, nĂ©e Ă  Rouen en 1619 en la paroisse St-Denis-le-Thiboult, dĂ©partement de Seine-Maritime, en Normandie. Tous les deux seraient probablement nĂ©s Ă  St-Denis-le-Thiboult, David vers 1612 et Marguerite vers 1615. Cette dernière dĂ©cède le 25 mars 1676 Ă  St-Denis-le-Thiboult et est inhumĂ©e le lendemain. Quant au dĂ©cès de David, nous ne pouvons pas avancer une date.

MICHEL MESSIER, dit Saint-Michel,, lieutenant de milice, seigneur, traiteur, nĂ© en 1640 en la paroisse St-Martial Ă  Vascoeuil, dĂ©partement de l’Eure, en Normandie, fils de David Messier et de Marguerite Jambard dite Barc.  Michel dĂ©cède le 2 novembre 1725 Ă  Varennes et est inhumĂ© le lendemain Ă  Sainte-Anne de Varennes.

Michel Messier semble ĂŞtre passĂ© en Nouvelle-France en 1649  avec son oncle Jacques Messier, sa tante Martine Messier*, Ă©pouse d’Antoine Primot, et sa cousine, Catherine Thierry, fille de Guillaume et d’Élisabeth Messier de Saint-Denis-le-Thiboult, adoptĂ©e par les Ă©poux Primot. Le 12 aoĂ»t 1651, il et parrain d’un Indien Ă  l’Ă©glise Notre-dame de MontrĂ©al. Le 10 dĂ©cembre 1653, il signe comme tĂ©moin Ă  la promesse de mariage entre Charles Le Moyne* de Longueuil et de Châteauguay et sa cousine, Catherine Thierry.

Avec une nouvelle recrue (levĂ©e de 120 soldats pour remplacer ceux qui manquent) darriva Ă  Ville-Marie au milieu de novembre 1653), la crainte de devoir abandonner Ville-Marie, en butte aux violentes et frĂ©quentes attaques iroquoises, se trouvait dĂ©sormais Ă©cartĂ©e. Les colons quittèrent le fort pour habiter leurs maisonnettes et les travaux des champs furent repris avec plus de vigueur. Les Iroquois, toutefois, continuaient de harceler les colons, les tuant et les capturant Ă  l’occasion. C’est ainsi qu’à l’automne de 1654 le jeune Michel Messier fut capturĂ© ; il fut libĂ©rĂ© l’étĂ© suivant et conduit Ă  Ville-Marie par un capitaine Agnier nommĂ© « La Grande ArmĂ©e Â» au moment oĂą des capitaines iroquois, dĂ©tenus au fort, furent Ă©changĂ©s contre tous les prisonniers français. Michel Messier fut officier, lieutenant et capitaine des milices de Varennes.

Par la suite, Michel Messier s’intĂ©ressa au dĂ©frichement et, le 4 novembre 1657, alors âgĂ© de 17 ans, il acheta de Charles Le Moyne une terre de 30 arpents dite « la provençale Â» au prix de 900 livres. Le 18 fĂ©vrier 1658, devant le notaire BĂ©nigne Basset*, il signa son contrat de mariage avec Anne Le Moyne, sĹ“ur de Charles, en prĂ©sence des notables de la ville. Le 25 suivant, le mariage fut cĂ©lĂ©brĂ© dans la chapelle de l’HĂ´tel-Dieu. De cette union naquirent huit filles et quatre garçons.

En 1661, les incursions iroquoises reprirent Ă  Ville-Marie, après une brève interruption due Ă  l’exploit de Dollard* Des Ormeaux au Long-Sault. Le 24 mars, Michel Messier fut de nouveau capturĂ© avec quelques colons. Le 22 juin, des Iroquois venus Ă  MontrĂ©al affirmèrent que Messier avait Ă©tĂ© brĂ»lĂ© par les OnontaguĂ©s et qu’ils ignoraient si ce dernier Ă©tait encore vivant. Mais, Ă  la fin de 1663, Messier Ă©tait de retour dans sa famille après s’être Ă©vadĂ©.

Le 26 novembre 1665, les Sulpiciens lui cĂ©dèrent une terre de 30 arpents, près du terrain qu’il possĂ©dait dĂ©jĂ . Dans l’acte de concession, il est appelĂ© Michel Messier, dit le grand Saint-Michel. Le recensement de 1677 indique qu’il a sept bĂŞtes Ă  cornes et 30 arpents en valeur. Le 14 mai 1668, Messier et son beau-frère Jacques Le Moyne de Sainte-Marie reçurent conjointement le fief du Cap-de-la-TrinitĂ© qu’ils se partagèrent le 1er aoĂ»t 1676 ; la partie de Le Moyne s’appela Notre-Dame ou Cap-de-la-TrinitĂ©, et celle de Messier, Cap-Saint-Michel. Le 5 aoĂ»t 1678, Messier, lieutenant de milice Ă  Ville-Marie, tĂ©moigna dans l’enquĂŞte de Buade* de Frontenac, visant Ă  connaĂ®tre la façon dont Ă©taient accordĂ©s les emplacements sur lesquels s’élevaient les baraques temporaires, dites « boutiques volantes Â», lors de la foire des fourrures. Le 4 octobre suivant, Messier achetait le fief de La Guillaudière, ayant 30 arpents de long sur une lieue de profondeur, et Ă©tant adjacent au sien.

En 1684, Messier participa Ă  l’expĂ©dition de Le Febvre* de La Barre contre les Iroquois. Le 14 aoĂ»t, lors de la revue de l’armĂ©e faite au fort Frontenac, il est inscrit comme commandant de la barque la GĂ©nĂ©rale. Ă€ son retour, Michel Messier reçut du gouverneur un congĂ© de traite pour le pays des Outaouais. Il s’y rendit l’annĂ©e suivante, après avoir fait son testament le 25 mai. En 1692, Frontenac lui accorda un autre congĂ© et, le 2 mai, avant son dĂ©part, Messier donna une procuration Ă  sa femme devant le notaire BĂ©nigne Basset. Au cours de ce voyage, Messier courut de graves dangers. Michel Messier fut fait prisonnier par des OnnontaguĂ©s une troisième fois dans la rĂ©gion du Long-Sault. On le dĂ©clare mĂŞme dĂ©cĂ©dĂ© le 6 octobre 1692 lors d’une rĂ©union du Conseil Souverain. En juillet 1693, il s’Ă©vadera de leur village et sera de retour Ă  MontrĂ©al en aoĂ»t. Il ne semble pas avoir obtenu d’autres congĂ©s. Depuis avoir quittĂ© MontrĂ©al en 1970, Michel Messier vĂ©cu sur sa seigneurerie du Cap Saint-Michel Ă  Varennes.

Le 3 novembre 1725, Michel Messier Ă©tait inhumĂ© Ă  l’âge de 85 ans, dans la mĂŞme paroisse de Varennes, suivant sa femme Anne Lemoyne de quelques mois. Le 4 janvier 1726, l’inventaire de ses biens fut dressĂ© devant le notaire Marien Tailhandier, dit La Beaume. La Nouvelle-France perdait un de ses pionniers qui avait participĂ© activement Ă  la dĂ©fense de la colonie, au dĂ©frichement de la terre et Ă  la traite des fourrures.

Texte de Claude Perrault  (modifĂ© par Jean-Jacques Messier).

AJM, Greffe de BĂ©nigne Basset, 4 nov. 1657, 18 fĂ©vr. 1658, 20 mars, 20 mai 1660, 17 sept. 1676, 2 mai 1692 ; Greffe d’Hilaire Bourgine, 25 mai 1685 ; Greffe de Lambert Closse, 10 dĂ©c. 1653 ; Greffe de Claude Maugue, 4 oct. 1678 ; Greffe de Marien Tailhandier, 4 janv. 1726 ; Registre d’état civil de Boucherville, 31 janv. 1679 ; Registre d’état civil de Notre-Dame de MontrĂ©al, 1658, 1661. â€” Archives judiciaires de Richelieu, Registre d’état civil de Sainte-Anne de Varennes. â€” Dollier de Casson, Histoire du MontrĂ©al, 80, 111, 155, 241. â€” Ordonnances de Mr. Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, premier gouverneur de MontrĂ©al, dans MĂ©moires et documents relatifs Ă  l’histoire du Canada ( « MSHM Â», III, 1860), 142. â€” P.-G. Roy, Inv. concessions, II : 117s. â€” Tanguay, Dictionnaire, I : 427. â€” R.-J. Auger, La grande recrue de 1653 (MontrĂ©al, 1955), 29. â€” Sulte, Hist. des Can. fr., IV. â€” Matthieu-A. Bernard, Sainte-Anne de Varennes, BRH, IV (1898) : 129. © 2000 University of Toronto/UniversitĂ© Laval