du 1er juin au 17 juin


Pèlerinage à St-Jacques-de-Compostelle 1999 (suite)

Juin 1er, mardi. Estampille: NOBLIS ET INSIGNIS ECCLESIA SANCTI MARTINI TURONENSIS.

Courte étape 25 km et je suis à Tour. C’est ce que je me disais, mais le destin en a décidé autrement. Après 4h de marche, douleur violente au pied gauche. Arrive péniblement à un bistro où la dame me dit de prendre le car et retourner à Tour et de voir un médecin qui me prescrit une pommade et me recommande de ne pas marcher pendant 24h. Je dois visiter la clinique St-Martin et la police me dirige sur le Foyer SHERPA. Logé, nourri gratuitement pour 2 nuits et un jour, mais mon mal persiste. On verra demain matin. Je me rends quand même au bureau de poste pour envoyer à Orègue ce dont je n’ai nul besoin. Si je marche demain, le sac à dos sera allégé de 2 ou 3 kilos.

Dépenses: 40F, car 12F, pommade 15F, colis posté 37,50F.

Juin 2, mercredi. Ça va pas «bin pantoute». (Armand était français et il avait appris des expressions du Québec). L’enflure est plus importante et rouge. Je déménage dans la chambre «urgence» et un docteur est mandé. En attendant son arrivée, je prends un bon petit déjeuner. Le toubib est passé, inspection, le coup du grain de sable dans l’engrenage. 3 jours de repos et désinfectant à l’appui. Tout ça pour une blessure d’apparence anodine provoquée par une chose de dur coincée en cour de marche sous la courroie de ma sandale. Cé ça qué ça. Si le traitement ne fonctionne pas, je prends le train pour Bayonne. Anne et Orègue sont mis au courant. La télécarte étant épuisée, je n’ai plus accès au Canada. Anne préviendra Liliane. Demain, il me faudra tenter d’avoir une prolongation de séjour au SHERPA. Il me faudra probablement déménager (à mon grand regret) dans un autre service ou hôtel de fortune jusqu’à mon rétablissement. Mais attendons demain.

Docteur 135F, Pharmacie 348F.

Juin 3, jeudi. Je me prépare à prendre le car pour le «cas ou». Ce n’est pas la porte à côté. On gratte à la porte et une nouvelle miraculeuse m’est annoncée. Je suis autorisé à rester jusqu’à lundi. Qui a pris cette heureuse décision? Nul ne le sait. Ce ne peut être que le docteur du SOS médecin ou René Mendiburu de la maison Kosteletea de St-Martin d’Arberoue, un brave basque (et le parlant) un des administrateurs du SHERPA. Quel soulagement, d’autant plus que ma patte n’est pas en état de fonctionner.

DĂ©penses: Figaro, vin blanc 14F.

Juin 4, vendredi. Les antibiotiques semblent faire effet. Je sue abondamment la nuit mais le pied ne désenfle pas et le mal quoique moins violent est toujours là. Une chose est sure et certaine, je ne me mettrai pas en route avant d’avoir reçu l’aval du toubib lundi prochain. Le temps lourd, chaud et orageux a changé depuis mercredi. Venteux, gris et pluvieux. Il fait frisquet et je regrette presque de m’être débarrassé de mon chandail expédié à Orègue.

DĂ©penses: vin 4F.

Juin 5, samedi. 6h du matin, je me lève pour aller à la toilette. Il fait froid dans la piaule. Ciel bouché, vent et pluie dehors. Après le petit déjeuner, je sors pour acheter un journal, il fait 14°. Je marche difficilement à petit pas et je crois bien que c’est la fin des haricots. Pied enflé de la cheville aux orteils. Lundi, la décision de me rendre à Orègue sera probablement prise.

Juin 6, dimanche. Journée fraîche avec vent et éclaires, orage en perspective. Le préposé à la réception m’indique l’église catholique Ste-Jeanne d’Arc n’est pas loin d’ici, 1km500. Je m’y rends lentement. Grande messe de profession de foi d’environ 40 jeunes. Belle cérémonie surtout à cause de la qualité du chant. Retour en trainant un peu. Suis de retour à temps pour informer Liliane de ma décision de prendre le train demain.

DĂ©penses: Ă©glise 10F.

Juin 7, Lundi. À 8h du matin Agnès s’offre pour me conduire en voiture à la gare assez éloignée d’ici. Je salue le personnel présent et dégage sac au dos. Prendre les billets (il y en a trois) départ Tours 10h13, arrivée Bayonne 14h46 en TGV. Ensuite, pour ce «au cas ou», examen médical. J’ai été agressé par un staphylocoque doré!! Mais tout va pour le mieux. Des pilules me sont données pour un traitement de 3 jours pour protection des lymphes. Cours ensuite (c’est une façon de parler car le pied est toujours enflé). Prie St-Jacques et tous les saints du ciel pour une fin heureuse de ma mésaventure en la cathédrale St-Gatien. Départ à l’heure. Arrivée à l’heure et qui vois-je à côté de Victor attendant ma descente du train? Yvan Kirouac! Atterri à Orègue ce matin même. Heureuses retrouvailles! Que ça fait du bien de se trouver en famille. Même le mal rémanent de mon pied semble s’évanouir. Soupe au souper, pour la première fois depuis mon départ de Longueuil. Une belle nuit de repos en perspective.

DĂ©penses: train 329F, pourboire 200F.

Juin 8, mardi. 8h du matin. Ai passé une excellente nuit. La radio, dans la cuisine, parle du temps couvert et frais 18° en basque et la belle voix d’Erramun Marticorena prend le relai avec une très belle chanson. Petit déjeuner. Victor se propose de nous faire faire une virée à travers le Pays basque après-midi. Accepté à l’unanimité.

DĂ©penses: Bierre 50F.

Juin 9, mercredi. Rien de spécial à signaler. Le pied a vraiment fait des progrès. J’envisage, après guérison complète de me rendre à Bordeaux en train et de rejoindre Bayonne à pied. Appelle Liliane à midi pour lui faire part des nouveaux développements. Mon idée Bordeaux/Bayonne ne l’emballe pas mais Marie-Claire s’engage à ne pas me laisser partir tant que le panard n’aura pas trouvé son état normal. Yvan nous quittera demain. Ou bien Jean Claude viendra le cueillir ou bien Victor et moi l’accompagnerons à Jurançon en Jetta.

DĂ©penses 0F.

Juin 10, jeudi. Yvan est parti. Nous l’avons déposé chez Jean Claude à Jurançon. Au retour, nous nous sommes rendus au cimetière d’Oloron, Victor voulant repérer la tombe de ses vieux amis les Dabadie. Échec. À St-Palais, visite de Jeanne à l’hôpital. On lui a enlevé un bout d’intestin et alors qu’elle s’apprêtait àrentrer chez elle, l’infection a apparu. Préoccupant. Yvan a oublié son coupe-vent. Faudra penser à le lui ramener. Demain, je fais un essai de ma patte en marche sur la route de St-Palais. 13km.

DĂ©penses: 150F essence.

Juin 11, vendredi. Négociations avec Marie-Claire. Elle suggère que je me rende à St-Palais en voiture avec Mathieu qui y travaille et que je revienne à pied par Masparraute et Succos. Adjugé. Retour sans encombre. Fait connaissance avec Emma, une magnifique poupée de petite fille (8 mois). L’ai tenue presqu’une heure sur les genoux. Accueil grand succès. J’ai eu droit à un banquet. Frédéric, le papa, bel homme, avenant et possédant plusieurs propriétés à Orègue et Masparraute. Halte chez Clotilde et retour à Bordaberria à 18h30. L’ex-maire d’Amorots, Sauveur Etcheverry que tu as connu est mort. Funérailles demain.

DĂ©penses: sandales 40F, papeterie 15F, bananes 8F.

Juin 12, samedi. 11h apéro chez Maité et Joël. Marie-Claire, Victor, Jean-Pierre et Valérie sont partis pour le Gers, invités à passer 2 jours chez les parents de Valérie. Revenant chez Maité, incroyable comme c’est beau et bien organisé. Je parle des pièces et leur aménagement. 15h30, messe d’enterrement de Sauveur Etcheverry à Amorots. Église archibondée et foule sur le parvis équipé d’un système de son. Éveline m’y avait amené ne pouvant entrer en contact avec Jean qui y était aussi. Jeanne va mieux. Anne-Marie s’occupe de nous et des lapins.

DĂ©penses: 10F Ă©glise.

Juin 13, dimanche. 11h Jean vient me chercher pour aller à Belloc (bénédictins) assister à la messe. Il m’annonce que l’état de Jeanne s’est amélioré l’infection ayant été enrayée. Avec Xavier et Éveline nous lui avons rendu visite dans l’après-midi. Le quatuor est rentré du Gers chargé de bonnes choses. Cerises, tartes aux abricots etc. Plat particulièrement apprécié, servi chez les parents de Valérie: magret de canard farci au foie. En leur absence, Anne-Marie s’est vraiment bien débrouillée.

DĂ©penses: 10F (Belloc)

Juin 14, lundi. J’ai été me promener sur les hauteurs (bord de Larrondoa/Bordaya et je peux dire que ma patte est aussi bonne que neuve. Songe me rendre à Bordeaux vers la fin de la semaine. Entre temps l’après-midi est passé en visites. Chez Martine, pour admirer le parc d’agrément qu’elle vient de finir d’aménager. Stop chez Gratianne plus handicapée que jamais. Bavardage avec Elixabet Angelu et pour finir, le café chez Lucie et Arnaud nos voisins d’antan. Ai fait une virée avec Marie-Claire à St-Palais pour acheter un guide Michelin: Bordeaux/Biarritz. En fin de soirée, Mathieu a eu un accident de voiture. La Renault est pas mal amochée. (Xavier a été la récupérer). Mathieu s’en est tiré indemne.

Juin 15, mardi. Journée sans histoire exception faite qu’Aurélie (la pupille de l’Assistance) a été prise en flagrant délit par Victor en train de sniffer des allumettes. Visites chez Jean Chastria et la cousine Bernadette de Sohondoua. J’ai pris la décision de prendre le train pour Bordeaux jeudi: départ 7h30, arrivée 9h02. Victor s’est offert pour me conduire àla gare à Bayonne.

DĂ©penses: 0F.

Juin 16, mercredi. Donne un coup de main à Victor pour le coulage de béton à la base de l’escalier menant chez Jean-Pierre. Ensuite grande lessive avant le départ demain. Il fait chaud, tout sèche en un rien de temps. Mathieu a obtenu un prêt sans difficulté pour remplacer sa voiture accidentée. Xavier la lui reprend à très bas prix. Les réparations coûteront bonbon.

DĂ©penses: 0F.

Juin 17, jeudi. Départ à 6h45 avec Victor et la Jetta pour Bayonne. Avant d’arriver à Bardos la voiture tombe en panne. Après plusieurs démarrages et arrêts il faut se résigner. Nous allons manquer le train de 7h30. Le prochain étant à 11h14 arrivée à 12h45 cela nous donne le temps d’entrer dans un garage et d’être dépanné. Je griffonne ces lignes dans la gare de Bayonne. Après avoir ensemble pris café/croissant, Victor est reparti.

Dépenses: garage 237F58, train 108F, café 25F.

Bordeaux, dès ma descente du train, je me dirige vers l’église St-Michel avec un groupe et ensuite vers la cathédrale St-André (6km) pour faire le périple et il fait lourdement chaud. Arrive au Prieuré de Cazats où le grand confort m’attend.

DĂ©penses: cartes postales 5F, fruits, yogourt 13F.